LOUVRE POUR TOUS

Accueil > Musées > Musée du Louvre

Le Louvre, un musée aux murs vides ?

Bernard Hasquenoph |

Louvre pour tous | 11/06/2009 | 11:46 |


Le musée du Louvre multiplie les prêts d’oeuvres de par le monde créant beaucoup de vides sur ses murs et de déceptions chez ses visiteurs

JPG - 5.3 ko
Au Louvre, photo-montage
© Louvre pour tous

11.06.09 | EN DÉCEMBRE 2006 éclatait la polémique du Louvre Abou Dbabi. Trois éminentes personnalités du monde des arts signaient une tribune dans LE MONDE [1] reprise ensuite sur le site LA TRIBUNE DE L’ART dénoncant, non pas comme on a pu le dire les échanges culturels qui unissent depuis toujours la communauté internationale des musées, mais la marchandisation d’établissements publics qui, multipliant les prêts ou « locations commerciales et médiatiques » d’oeuvres, en privent de fait leurs visiteurs, faillant ainsi à leur mission. D’aucun jugeait exagérée leur position.

La réalité est en train de leur donner raison et même de dépasser leur prévision. Qu’on en juge par le témoignage direct d’un agent de surveillance du musée du Louvre qui, depuis un an, loin de toute polémique, tient un blog sur Internet subtilement écrit, au titre bien trouvé LOUVRE BOÎTE, pour, dit-il , « montrer l’envers du décor » d’un lieu de travail qui n’a de cesse de le fasciner, ce en quoi on le comprend.

Il y a quelques mois, ce gardien anonyme et cultivé, sous le titre de « Mouvements d’oeuvres » évoquait l’augmentation de ces « prêts » qui, au final, aboutissent à créer sur les murs du célèbrissime musée beaucoup de vides, de déceptions pour des visiteurs venus du monde entier et d’embarras pour les personnels de surveillance. Lisez plutôt :

"De plus en plus d’oeuvres partent, prêtées pour exposition ! Le Louvre est très fier de montrer dans le journal Grande Galerie son rayonnement aux quatre coins du monde [2]. Bien sûr, ce sont des expositions temporaires mais elles durent cinq ou six mois, et avec le temps de décrochage, transport et vérifications en tout genre, il faut prévoir de la marge.
Mis à part les indétrônables stars du Musée, on prête parfois des chef-d’oeuvres très demandés par les visiteurs. Je pense par exemple au Bain Turc, tableau de J.D. Ingres que l’on pourrait surnommer l’Arlesienne. A peine revenu du Japon, il repart au Québec et ensuite à Montauban ! L’ennui, c’est qu’il est en photo sur le plan du musée. Les visiteurs le cherchent et font des kilomètres pour se trouver devant un bon de déplacement illisible. On les voit tourner , aller, venir, le plan à la main, puis finir par s’adresser à nous. Si on veut les démoraliser, on raye sur leur plan les photos de toutes les oeuvres manquantes. En ce qui concerne le deuxième étage, c’est assez déprimant. Ils sont déçus et on ne peut dire que « désolé, sorry ». Evidemment, ce n’est pas sans une pointe de malice que nous precisons aux japonais quand les oeuvres sont au Japon.
Il manque aussi beaucoup d’oeuvres importantes et qui ne sont pas en photo sur le plan. Par exemple, L’Astronome de Vermeer, Le joueur de luth de Frans Hals, un Autoportrait de Rembrandt, Les pantoufles de Hoogstraten, le Saint-Joseph de De la Tour ainsi que le Tricheur, plusieurs Corot... la liste est longue. Je vous conseille de vérifier auprès de la banque d’information si vous venez pour une oeuvre précise. En interne, depuis peu, une personne est chargée de nous tenir aux courant des mouvements d’oeuvres, des évènements prévus et des expositions en cours dans le Musée. Une feuille est éditée deux fois par mois.« Source : »Mouvements d’oeuvres" sur LOUVRE BOÎTE

Éloquent non ? Pour un service public qui a mission de mettre à disposition de tous ses oeuvres, c’est original. Et en droit commercial, n’est-ce pas cela qu’on appelle « tromperie sur la marchandise » ? Merci à ce salarié-auteur que nous encourageons vivement à continuer son blog passionnant qui fait toujours plus aimer le Louvre tout en nous le montrant tel qu’il est, loin de la com’ officielle.

:: Bernard Hasquenoph |

:: Louvre pour tous | 11/06/2009 | 11:46 |

© Louvre pour tous / Interdiction de reproduction sans l'autorisation de son auteur, à l'exception des textes officiels ou sauf mention expresse

RETOUR HAUT DE PAGE

EN COMPLÉMENT



VOS COMMENTAIRES


LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé dans le respect des lois et règlements en vigueur et du droit des personnes.



NOTES

[1] « Les musées ne sont pas à vendre » par Françoise Cachin directeur honoraire des Musées de France, Jean Clair conservateur général honoraire et écrivain et Roland Recht professeur au Collège de France, LE MONDE | 13.12.06.

[2] Effectivement, le magazine GRANDE GALERIE réalisé et édité par le musée du Louvre comprend une rubrique intitulée « À travers le monde »qui, sur une double page, localise sur une carte du monde toutes les expositions à qui des oeuvres ont été prêtées.



RECHERCHER DANS TOUT LE SITE

Version imprimable de cet article Version imprimable

PAR LE FONDATEUR DE LOUVRE POUR TOUS


EN LIEN




UNE CITATION, DES CITATIONS
« En France, on travaille dans le service public, en Amérique, on travaille pour le public » Nathalie Bondil, directrice du Musée des beaux-arts de Montréal, TÉLÉRAMA | 14.09.16
d'autres citations [...]