LOUVRE POUR TOUS

Accueil > Ressources > Citations

Citations sur la gratuité des musées et monuments

Louvre pour tous | 7/11/2010 | 10:27 | 1 commentaire


Vous connaissez une citation autour de la notion de gratuité des musées, qu’elle y soit favorable ou non ? Envoyez-nous la à contact@louvrepourtous.fr, si possible, avec sa source complète.

JPG - 6.1 ko
Musée Carnavalet © Louvre pour tous

07.11.10 | PETITE HISTOIRE DE LA GRATUITÉ DES MUSÉES EN FRANCE - Les musées sont nés avec la Révolution française mais ont été imaginés sous l’Ancien Régime. Le musée du Louvre, le premier d’entre eux fondé en 1793, instaura la gratuité pour tous comme principe fondateur comme il était d’usage pour les Salons de peinture au temps des rois. Il en fut de même pour les musées ouverts ensuite dans de grandes villes françaises. Ce droit perdura jusqu’en 1922 où il fut supprimé en partie après trois décennies de débat. Ensuite, il n’eut plus cours, au Louvre, que le jeudi après-midi jusqu’en 1927 et tous les dimanches jusqu’en 1990 où il fut supprimé par le ministre de la Culture Jack Lang.
En 1996, Philippe Douste-Blazy, l’un de ses successeurs, en rétablit le principe, restreint au premier dimanche du mois, mesure applicable à tous les musées nationaux. La formule a été reprise dans nombre de musées municipaux ou autres, parfois associée à d’autres événements comme des journées sans voiture. Cependant de nombreuses catégories de la population ont peu à peu acquis la gratuité dans nombre d’établissements comme les enfants, les personnes handicapées ou les demandeurs d’emploi.
Depuis quelques années, à l’instar de Paris, des muncipalités ou des Régions de tous bords politiques ont décidé d’appliquer la gratuité totale de leurs musées, signe non d’un désintérêt mais au contraire d’une volonté politique de démocratiser la culture. La mesure s’accompagne souvent d’événements collectifs et d’un travail de médiation sans quoi elle n’aurait pas grand sens. En 2008, une expérimentation de gratuité totale a été menée par le ministère de la Culture pour tester une promesse du candidat Sarkozy. Ses résultats favorables à la gratuité pour tous ont été minorés voir niés par le ministère de la Culture. Le Président n’a finalement accordé la gratuité qu’aux seuls 18-25 ans et aux professeurs uniquement relevant de l’Education nationale.

PLUTÔT POUR
- « Elle est nécessaire mais pas suffisante. Nous la maintiendrons, même s’il y a un effet d’aubaine pour les touristes. Cette politique doit s’amplifier avec d’autres mesures, avec la médiation, la communication, etc. » Bruno Julliard, porte-parole d’Anne Hidalgo candidate PS à la Mairie de Paris, et adjoint à la Culture, QUOTIDIEN DE L’ART n°567 | 20.03.14
- « Si on le peut, c’est mieux, parce que la gratuité ça permet de revenir, pas seulement de venir une fois mais de venir plusieurs fois pour redécouvrir une autre oeuvre qu’on a mal vue, qu’on veut revoir. Je crois que la gratuité est un bon principe pour les musées. » Jack Lang, inauguration du Louvre-Lens, reportage vidéo LA VOIX DU NORD | 04.12.12
- « Cette galerie, aujourd’hui gratuite, pourra-t-elle le rester ? Ce sera votre décision et celle de l’Etat. » François Hollande, Président de la République, discours d’inauguration du Louvre-Lens | 04.12.12
- "La gratuité des collections est un outil pour rendre aux musées leur vocation originelle de mise à disposition du public des biens communs hérités de l’histoire. Elle est également un outil de démocratisation de la culture que nous avons mis au coeur de notre politique culturelle. La gratuité des collections de nos musées est donc le résultat d’une volonté politique au service d’un idéal." Danièle Pourtaud, adjointe au Patrimoine à Paris (PS), L’AMI DE MUSÉE n°38 (FFSAM) | printemps 2010
- « L’idée de pouvoir accueillir gratuitement les visiteurs est au cœur de la définition du musée. Mais nous sommes dans un paysage tel que concrètement cela a été considéré comme impossible, les pouvoirs publics ayant décidé de limiter cette gratuité aux 18-25 ans. » Élisabeth Taburet-Delahaye, directrice du musée national du Moyen Âge (qui a fait partie des musées expérimentant la gratuité), LE JOURNAL DES ARTS | 18.09.09
- « Personnellement, je suis totalement favorable à la gratuité. Quand je suis allé à Shanghaï où le Musée des beaux-arts est gratuit depuis six mois, c’était un vrai bonheur. Vous allez voir une œuvre et repartez en sachant que vous pouvez revenir à tout moment… La gratuité libère l’esprit et la démarche. » Jacques Giès, président du musée national des Arts asiatiques Guimet, JOURNAL DES ARTS | 09.01.09
- « La gratuité des musées nationaux fait partie des engagements du projet présidentiel. Si elle est possible et réussie ailleurs, on ne voit pas pourquoi elle ne le serait pas en France. Celle-ci faisant toutefois l’objet de débats au sein du monde de la culture, vous conduirez d’abord une expérimentation de la gratuité avec un échantillon d’établissements, sans perte de recettes pour les musées concernés. Son objet sera d’en mesurer toutes les conséquences et de déterminer les conditions de réussite de sa généralisation. » Nicolas Sarkozy, Président de la République, lettre de mission à Christine Albanel, ministre de la Culture | 01.08.07
- « Je suis favorable à la gratuité, à condition que ce soit une gratuité totale. Si les expositions temporaires sont payantes dans un musée gratuit, cela veut dire qu’on ne pourra plus faire que des expositions grand public. Il faut que la gratuité apporte un élargissement de l’offre et non une banalisation. La gratuité exceptionnelle donne en revanche le sentiment d’être privilégié. » Stéphane Martin, président du Musée du quai Branly, « Tarifs bas ou gratuité ? » par Roxana Azimi, LE JOURNAL DES ARTS | 25.05.07
- « Mieux qu’elle ne le fait aujourd’hui, l’école doit enseigner l’histoire de l’art, initier à la pratique de disciplines créatives et familiariser les enfants avec les lieux dédiés à la culture. Encore faut-il avoir les moyens de fréquenter les musées. Le voudraient-elles que de nombreuses familles ne pourraient tout simplement pas payer l’entrée d’une exposition à leurs enfants. C’est la raison pour laquelle j’ai souhaité que la gratuité soit instaurée le plus souvent possible. Depuis la fin 2001, c’est la règle pour les collections permanentes des musées municipaux. Cette mesure était vraiment attendue, si l’on en croit la hausse de 78% de la fréquentation enregistrée en 2002, suivie d’une nouvelle augmentation de 27% les dix premiers mois de 2003. Les expositions gratuites organisées dans les locaux de l’Hôtel de Ville (...) ne désemplissent pas. » Bertrand Delanoë, maire de Paris, « La vie, passionnément », éd. Robert Laffont, 2004, p.176
- « Cela m’a toujours paru bizarre que le peuple, devenu souverain, se soit avisé de se frapper lui-même, à son détriment, d’un impôt de perception assez désagréable. » Philippe de Chennevières, ancien directeur des Beaux-Arts, L’ARTISTE, août 1896
- « Je crois que l’on doit se tenir à la création des Musées sous la révolution, qui a été gratuite pour l’éducation de tous. Dans tous les temps, on a eu besoin d’argent et l’on a maintenu le principe de la gratuité, ce qui est meilleur, je crois. » Auguste Rodin, L’ARTISTE | septembre 1896
- « Il est tout à fait exceptionnel d’avoir l’idée de faire payer la vue d’oeuvres d’art à ceux qui ont déjà fourni l’argent pour les acquérir. » Eugène Carrière, 1896

PLUTÔT CONTRE
- « C’est une erreur de penser que la gratuité incite à la diversification des publics et à la démocratisation de la culture (…) La gratuité induit implicitement l’idée que la culture, l’immatériel, n’a pas de valeur. Ce n’est pas parce que les gens viennent de milieux modestes qu’ils n’accordent pas de valeur à leurs loisirs et aux activités culturelles. C’est très dévalorisant en fait de dire aux gens : “Allez-y, c’est gratuit”. » Déborah Münzer, conseiller Culture de Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate UMP à la Mairie de Paris, QUOTIDIEN DE L’ART n°567 | 20.03.14
- « L’idée que la culture est gratuite tue la culture », Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate UMP à la mairie de Paris, LE PARISIEN | 28.01.14
- « La gratuité est ­séduisante dans le principe, mais extrêmement coûteuse dans les faits et une pure folie dans le contexte actuel. » Françoise Benhamou, économiste de la culture, LE FIGARO | 06.01.14
- « La gratuité donne l’impression que l’immatériel n’a pas de valeur », Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate UMP à la mairie de Paris, Une autre politique culturelle pour Paris, octobre 2013
- « C’est compliqué d’associer culture et gratuité. Il y a un budget à équilibrer, et je pense que ça contribuerait à dévaloriser l’art ». Marie-Flore Cocq, conservatrice du musée des Augustins d’Hazebrouck, NORD ECLAIR | 29.08.12
- « Ce n’est pas une solution. Je ne suis pas certain que la gratuité des musées attire véritablement de nouveaux publics. Les enquêtes montrent que, nationalement, 23 % des Français ont des pratiques culturelles qui ne croisent jamais les offres proposées et 29 % n’ont qu’une fréquentation exceptionnelle des salles de spectacles, des musées et des expositions. Pour démystifier l’art et les musées, il faut travailler sur la médiation et les nouveaux outils qui l’accompagnent. Il faut une autre approche du musée qui doit être un lieu de conservation, mais aussi de découverte, de partage et de vie. » Jean-Marc Ayrault, maire (PS) de Nantes, L’OEIL | 09.10
- « Je suis contre la gratuité totale qui ne peut être une mesure arbitraire. Quelle serait la justice de faire payer le fonctionnement du musée par une ville pour offrir la gratuité d’accès à des visiteurs qui ne paient pas leurs impôts à Roubaix ? Si le musée était géré à un niveau intercommunal, ce serait autre chose (…) Je trouve ainsi la gratuité d’accès au Louvre [le premier dimanche du mois, NDLR] choquante alors qu’il s’agit d’un musée fonctionnant avec 80 % de visiteurs étrangers. » Bruno Gaudichon , conservateur et directeur du musée La Piscine (Roubaix), NORD ÉCLAIR | 16.05.09
- « La gratuité totale, je suis contre » Henri Loyrette, président du Louvre, PARIS MATCH n°3124, du 2 au 8 avril 2009
- « Ouvrir les portes des musées ne suffit pas ; il faut prendre les publics non avertis par la main, les accueillir et les guider. Sinon, la gratuité n’est qu’un alibi à l’absence de réflexion sur ce qu’est une politique des publics, dont une des missions premières, outre la conservation, est d’éduquer. » Jacques Sallois, ancien directeur des Musées de France, LE JOURNAL DES ARTS | 16.11.07
- « Christophe Girard n’est « pas sûr » d’être favorable à la gratuité totale. Les expositions temporaires des musées de la ville de Paris restent payantes et source, non négligeable, de recettes. « La gratuité totale, je la plaiderais pour les enfants et les adolescents jusqu’à leur majorité afin de les inciter à se ‘déscotcher’ de l’écran de télévision ou d’ordinateur », explique-t-il. » Christophe Girard, adjoint à la Culture, mairie de Paris, LA GAZETTE DES COMMUNES | 05.07.07
- « Je ne suis pas sûre que ce soit la bonne idée » car « elle peut être porteuse d’effets, je pense, assez pervers » Christine Albanel, ministre de la Culture, « Esprit critique », FRANCE INTER | 29.05.07
- "La gratuité imposée et généralisée dans des établissements dont le fragile fonctionnement économique est pour partie assis sur les recettes de la billetterie risque de conduire à cet excès de marchandisation.« Françoise Benhamou, économiste de la culture, »Généraliser la gratuité des musées nationaux ? Une mauvaise réponse…à une mauvaise question", ESPRIT | 06.08
- « La gratuité peut de surcroît engendrer des effets pervers : ne risque-t-elle pas de déresponsabiliser les visiteurs, de banaliser la visite ? Tous les musées lancés dans l’expérimentation de la gratuité en font le constat : les comportements changent, ils sont moins respectueux des oeuvres. On peut toutefois espérer une amélioration, suite à ce que l’on pourrait qualifier d’apprentissage de la gratuité. » F.B., Ibid
- "La gratuité constitue de surcroît une subvention qui bénéficie aux tour-opérateurs et aux visiteurs étrangers." F.B., Ibid
- « Face à la gratuité généralisée, l’affinement d’une tarification adaptée et associée à des offres périphériques présente le double avantage de répondre à l’hétérogénéité des profils des visiteurs et de leurs attentes et d’inciter les responsables à maintenir en éveil l’attention à leurs publics. » F.B., Ibid

PRATIQUES & EFFETS DE LA GRATUITÉ
- « Pour répondre au débat sur la gratuité des musées, l’accès sera aussi libre du mardi au vendredi, de 16 h à 18 h. » Olivier Donat, administrateur général du LAM de Lille, NORD ÉCLAIR | 29.08.10
- « Les gens se sentant libres de faire une nouvelle visite ne se dépêchent pas de tout voir d’un seul coup. Ils ont un mode d’appréciation de l’art plus tranquille. » Paul Hervé Parsy, administrateur du château d’Oiron, établissement national choisi pour l’expérimentation de la gratuité, « Bons débuts pour la gratuité dans les musées », LE FIGARO | 08.02.08
- « Les musées parisiens ont connu une hausse spectaculaire du nombre de leurs visiteurs, à cela, une raison : la gratuité. Décidé en 2001, l’accès gratuit aux collections permanentes des musées parisiens a aussitôt trouvé sa traduction en chiffres : la fréquentation des collections a enregistré une hausse de 78 % en 2002 et de 27 % en 2003. » Christophe Girard, adjoint à la Culture, mairie de Paris, ACADÉMIE DES BEAUX-ARTS | 16.06.04
- « Ainsi, à ceux qui prennent pour argument que la gratuité dévalorise, les visiteurs du dimanche répondent que l’ordre marchand ne s’applique pas également à toutes les formes de l’activité humaine. La gratuité, entendue ici comme signe, relève d’un autre ordre, celui du sacré (...). La gratuité n’est pas dans ce contexte, le prix zéro, c’est pourquoi elle ne relève plus des politiques tarifaires. Elle désigne au contraire ce qui n’a pas de prix. La gratuité est comparable à La Joconde, dont la valeur a sublimé depuis longtemps l’idée de valeur marchande : elle exprime la suspension d’un ordre ordinaire. » Claude Fourteau, directrice adjointe du service culturel du Musée du Louvre chargée des publics (1994-2004), Les Institutions culturelles au plus près du public, éd. La documentation Française, 2002
- « La gratuité est une excellente chose, mais le principal problème n’est pas la hausse de fréquentation des musées. Il faut savoir quels sont les publics que l’on souhaite toucher. Cette proposition doit être comprise comme une vraie mesure de démocratisation qui vise à faire venir au musée des publics qui n’y viendraient pas. Il ne s’agit pas simplement de travailler à l’audimat. L’essentiel est de savoir si les objectifs de ces opérations de démocratisation sont atteints. » Henri Loyrette, président du Louvre, JOURNAL DES ARTS | 29.06.01

GRATUITÉ, CONTREPARTIE DE MÉCÉNAT
- « Les contreparties que nous offrons, notamment, la gratuité d’accès au musée, pour une durée fixée, permet de fidéliser un public. C’est un point méconnu qu’il convient de souligner. » Henri Loyrette, président du Louvre, Commission des finances de l’Assemblée nationale | 04.02.09

GRATUITÉS CATÉGORIELLES Jeunes et enseignants - Réactions à décision de Nicolas Sarkozy
- « Il y a eu de »fausses bonnes idées« comme la gratuité accordée aux moins de 26 ans dans les musées et monuments. On aurait mieux fait d’affecter le coût de cette mesure au financement de programmes éducatifs. » Jean-Jacques Aillagon, ex-ministre de la Culture, BEAUX-ARTS | mars 2012
- « Je me félicite de cette mesure qui devrait permettre à un plus grand nombre de jeunes d’avoir accès à la culture. La démocratisation de la culture commence en effet dès le plus jeune âge. Il m’apparaît nécessaire qu’aller dans un musée devienne une habitude pour la jeunesse française et européenne. A Paris, l’accès aux collections permanentes des musées de la ville est gratuit pour tous. La hausse de la fréquentation n’a révélé qu’un effet d’aubaine. » Hélène Macé de Lépinay, conseillère UMP de Paris, communiqué Groupe UMP Paris
- « La visite d’un musée est souvent associée à une forme de contrainte. La rendre gratuite rend une forme de liberté. » Alain Seban, président du Centre Pompidou, LE FIGARO | 02.04.09
- « La diversité des publics et ça c’est encore une très grande mission de ce ministère, c’est de s’assurer du renouvellement du public, et surtout des jeunes publics qui parfois ne vont pas spontanément dans nos lieux de culture. Et, dans cet esprit, je me réjouis beaucoup de la décision de la gratuité pour les musées, pour tous les musées de l’État, pour tous les monuments de l’État, pour tous les jeunes de 18-25 ans. C’est-à-dire que de la naissance à 26 ans, il y aura ce libre accès de ces collections permanentes et je crois que c’est pas mal pour des jeunes qui n’ont pas forcément beaucoup de moyens, d’aller visiter Guimet ou Orsay mais aussi l’Arc de Triomphe ou encore le Mont-Saint-Michel. Je crois que c’est très symbolique d’une volonté de renouveler et d’attirer les jeunes publics. » Christine Albanel, « Voeux de la ministre de la Culture à la presse » | 20.01.09
- « Je sais qu’y a un débat, gratuité, pas gratuité, OK. Moi, à un moment, il faut que j’arbitre et je pense qu’ouvrir à tous les professeurs et à tous les jeunes l’accès aux musées, c’est une chance. » Nicolas Sarkozy, Président de la République, voeux au monde culturel, Nîmes | 13.01.09
Artistes
- « Les artistes, s’emporte-t-elle, ont la chance de bénéficier d’un capital culturel. Je trouve presque indécente leur réticence à payer l’entrée. » Catherine Guillou, directrice des publics au musée du Louvre, « L’esprit d’atelier » par Véronique Maurus, LE MONDE | 19.08.05

RÉSULTATS DE L’EXPÉRIMENTATION MENÉE EN 2008 DANS DES MUSÉES NATIONAUXEn savoir plus
- « L’idée de pouvoir accueillir gratuitement les visiteurs est au cœur de la définition du musée. Mais nous sommes dans un paysage tel que concrètement cela a été considéré comme impossible, les pouvoirs publics ayant décidé de limiter cette gratuité aux 18-25 ans. » Élisabeth Taburet-Delahaye, directrice du musée national du Moyen Âge (qui a fait partie des musées expérimentant la gratuité), LE JOURNAL DES ARTS | 18.09.09
- « Malgré des constats probants, les limites de cette approche étaient réelles, comme si on avait craint que l’expérimentation n’aboutisse à des résultats jugés trop favorables. » Jean-Michel Tobelem, spécialiste de l’économie des musées | 06.04.09 Lire plus
- « Le terme de »manipulation« est sans doute excessif. Mais ce que vient de faire le ministère de la culture relève assurément de l’instrumentalisation du travail scientifique. Pour justifier l’octroi de la gratuité dans les collections permanentes des musées aux seuls moins de 26 ans, à partir du samedi 4 avril, la Rue de Valois a fait l’impasse sur une partie des résultats de l’expérimentation qu’elle avait elle-même lancée. Alors que l’étude démontrait les bienfaits de la mesure pour tous les publics populaires, le ministère a éludé cette réalité afin de justifier une décision politique. » Nathaniel Herzberg, « Les laissés-pour-compte de la gratuité des musées », LE MONDE | 05.04.09
La propagande gouvernementale contraire aux résultats scientifiques :
- « L’expérimentation fait apparaître une composition sociologique légèrement différente de celle habituellement constatée dans les musées et monuments. Malgré un frémissement de la fréquentation des groupes sociaux populaires, les groupes sociaux de catégorie moyenne et supérieure restent très majoritaires. Le mouvement le plus net correspond à une représentation importante des jeunes et des étudiants et à une fréquentation accrue du public de proximité. Pour ces publics spécifiques, la gratuité de la visite s’est significativement révélée un facteur déclencheur. » Direction des musées de France, dossier de presse Ministère de la Culture | 01.04.09
- « Les études ont montré que l’expérience de gratuité totale avait provoqué une hausse de fréquentation mais attirait toujours le même type de visiteurs, contrairement à l’effet recherché. » site du Premier ministre | 13.01.09
L’étude scientifique menée par des chercheurs du CERLIS
« La gratuité dans les musées et monuments en France : quelques indicateurs de mobilisation des visiteurs » par Jacqueline Eidelman et Benoît Céroux, Ministère de la Culture, DEPS | mars 2009 - Résumé de l’étude : « Au-delà de l’augmentation de la fréquentation, l’enquête visait à évaluer l’effet de la gratuité sur la diversification des publics. Les résultats montrent que la gratuité a permis d’augmenter très significativement le nombre d’entrées, et que les étudiants, et plus généralement les jeunes âgés de moins de trente ans ont été les plus mobilisés, même si l’on observe un plébiscite de la gratuité auprès de tous les groupes sociaux. Qu’il s’agisse du public déjà familier des musées et plus encore des primo-visiteurs, l’effet accélérateur de la gratuité sur la démocratisation de l’accès aux institutions muséales est manifeste. »
Extraits de l’étude :
- « Des résultats peu équivoques attestent d’une portée sociale de la mesure de gratuité, démontrent son succès auprès des catégories dont les pratiques culturelles sont peu ou moyennement importantes, mettent en lumière l’effet levier de la gratuité sur le formation de la familiarité avec les musées et les monuments. »
- « Le public ayant fréquenté l’ensemble des quatorze établissements pendant la durée de l’expérimentation offre un aspect sensiblement différent des anticipations les plus courantes sur les bénéficiaires de la gratuité. Ainsi, la gratuité a d’abord mobilisé les étudiants et les visiteurs des catégories populaires, ceux dont les liens avec la culture sont relativement distendus et la familiarité avec les musées et monuments peu considérable. »
- « Globalement les classes moyennes constituent le groupe le mieux représenté parmi les visiteurs (soit 38%…), suivies de la classe populaire (32%), puis de la classe supérieure (21%). Le groupe des étudiants compose 9% du public. »
- « C’est dans les établissements situés hors de la capitale que se rencontrent d’abord les visiteurs dont les pratiques culturelles sont moins fréquentes ou moins diversifiées, tandis que c’est dans les trois musées parisiens que les pratiquants de la culture et des institutions patrimoniales sont proportionnellement les plus nombreux. Dans la mesure où la pluaprt des études sur la gratuité ont réalisées jusqu’ici dans des musées implantés à Paris, il n’est pas impossible qu’un tel constat ait contribué à généraliser l’image d’une gratuité attirant principalement des visiteurs déjà familiers des musées. »
- « Le public populaire apparaît comme surmobilisé [par l’attrait de la gratuité] dans treize établissements, et le public des étudiants dans dix établissements sur quatorze ; au contraire, les visiteurs de la classe supérieure se montrent pratiquement partout les moins motivés par la gratuité. »
- « Environ un visiteur sur six n’avait jamais entendu parler du site qu’il visitait avant l’annonce de sa gratuité et six visiteurs sur dix s’y rendaient pour la première fois. »
- « Les primo-visiteurs sont moins fréquents dans les musés de la capitale (55% en moyenne) qu’ailleurs (62% en moyenne dans les sites franciliens, 69% en moyenne dans les autres régions). »
- « Informé ou non de la gratuité, le public des primo-visiteurs assure le renouvellement des publics et permet leur diversification, gage d’une démocratisation culturelle en marche. »
- « L’opinion des publics de la gratuité montre tout d’abord un large plébiscite : 83% des visiteurs considèrent que la gratuité est une bonne chose pour toutes les catégories de publics, 9% qu’il faudrait la réserver à certaines catégories, et 8% seulement y sont totalement opposés. »
- « Quatre visiteurs sur dix souhaitent une gratuité permanente, autant s’expriment en faveur d’une gratuité régulière (au moins une fois par mois) et ils sont moitié moins à penser qu’il suffirait qu’elle soit occasionnelle (à raison de quelques fois dans l’année) »
- « L’hypothèse de la gratuité d’un site en particulier apparaït très majoritairement comme un facteur de fidélisation (80%) et de convivialité (73%) »

AU SUJET DE L’EXPÉRIMENTATION MENÉE EN 2008 DANS DES MUSÉES NATIONAUX En savoir plus
- « A partir d’avril, musées gratuits dans les collections permanentes pour tous les jeunes jusqu’à 26 ans. Je suis contre la gratuité pour tout le monde tout le temps, on s’est rendu compte que ça ne renouvelle pas les publics, alors que les jeunes n’y viennent pas spontanément. » Christine Albanel, ministre de la Culture, LA DÉPÊCHE, interview Pierre Mathieu | 22.03.09
- « Il n’est pas question d’entrer dans un musée comme dans une galerie marchande, pour faire sécher son parapluie pendant une averse en regardant trois tableaux. » Marie-Christine Labourdette, directrice des Musées de France, Assemblée nationale | 19.02.09
- « Cette idée de généralisation de la gratuité, c’était un peu une opération de com’, elle s’est éteinte toute seule. Il y a eu une opération d’expérimentation puis les résultats n’ont pas été rendus publics et les choses se sont éteintes. » Françoise Benhamou, économiste de la culture, « Ce soir ou jamais », FR3 | 17.11.08
- « Les gens se sentant libres de faire une nouvelle visite ne se dépêchent pas de tout voir d’un seul coup. Ils ont un mode d’appréciation de l’art plus tranquille. » Paul Hervé Parsy, administrateur du château d’Oiron, établissement national choisi pour l’expérimentation de la gratuité de janvier à juin 2008 in « Bons débuts pour la gratuité dans les musées », LE FIGARO | 08.02.08
- « La gratuité des musées nationaux fait partie des engagements du projet présidentiel. Si elle est possible et réussie ailleurs, on ne voit pas pourquoi elle ne le serait pas en France. Celle-ci faisant toutefois l’objet de débats au sein du monde de la culture, vous conduirez d’abord une expérimentation de la gratuité avec un échantillon d’établissements, sans perte de recettes pour les musées concernés. Son objet sera d’en mesurer toutes les conséquences et de déterminer les conditions de réussite de sa généralisation. » Nicolas Sarkozy, Président de la République, lettre de mission à Christine Albanel, ministre de la Culture | 01.08.07

:: Louvre pour tous | 7/11/2010 | 10:27 | 1 commentaire

© Louvre pour tous / Interdiction de reproduction sans l'autorisation de son auteur, à l'exception des textes officiels ou sauf mention expresse

RETOUR HAUT DE PAGE

EN COMPLÉMENT



VOS COMMENTAIRES


6.02.2011 | rodord |

tre bonne chose la gratuitee des musés sutout pour les familles nombreuse n ayant pas beaucoup de revenu.


LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé dans le respect des lois et règlements en vigueur et du droit des personnes.



NOTES



RECHERCHER DANS TOUT LE SITE

Version imprimable de cet article Version imprimable

PAR LE FONDATEUR DE LOUVRE POUR TOUS





UNE CITATION, DES CITATIONS
« En France, on travaille dans le service public, en Amérique, on travaille pour le public » Nathalie Bondil, directrice du Musée des beaux-arts de Montréal, TÉLÉRAMA | 14.09.16
d'autres citations [...]