LOUVRE POUR TOUS

Accueil > Musées > Domaine de Versailles > Domaine de Marie-Antoinette

Lettre publique au président du Château de Versailles

Bernard Hasquenoph |

Louvre pour tous | 27/02/2008 | 14:12 |


Le 27 février 2007, nous avons adressé une lettre à Monsieur Jean-Jacques Aillagon, président de l’établissement public du domaine national de Versailles et de Trianon, pour lui demander de maintenir la gratuité des jardins de Trianon. [1] Nous n’avons jamais reçu de réponse. Très peu service public !

Monsieur le Président,

Animant un site Internet sur la vie et le devenir des musées publics et attaché comme nombre de Français au domaine de Versailles, nous avons été attentif à la création, à l’été 2006, du « Domaine de Marie-Antoinette ».

A l’époque, notre mouvement s’est fait l’écho des protestations de riverains et amoureux des lieux, contestant le bien-fondé de ce “nouvel” espace de visite créé, selon nous, à des fins uniquement commerciales. La motivation exprimée alors par l’établissement dirigé par votre prédécesseur, Madame Christine Albanel, de mieux faire connaître cette partie du domaine de Versailles jointe à la nécessité de protéger des lieux fragiles par un enclos, est démentie aujourd’hui par la réalité.

L’information confuse sur la visite du “Domaine de Marie-Antoinette” en basse saison, délivrée sur les différents supports et moyens de communication émis par le Château (site Internet, téléphone, plan d’orientation 2007-08) est particulièrement éloquente. Vendre un billet estampillé “Domaine de Marie-Antoinette” valable uniquement pour le Grand Trianon, n’est-ce pas absurde historiquement et trompeur commercialement ? Ensuite, pourquoi, signale-t-on, au téléphone - sans remettre en cause la compétence professionnelle des personnes qui appliquent visiblement une consigne -, la fermeture du Petit Trianon et non la gratuité des jardins ni la fermeture de toutes les fabriques dont le théâtre, seulement visitable en visite-conférence payante ? Idem pour la vente en ligne recommandée, via un site partenaire, d’un billet “Domaine de Marie-Antoinette” qui tait le libre accès des jardins et, qui plus est, est plus cher qu’un billet acheté sur place ? Enfin, pourquoi la présence des fabriques et du Hameau dans les jardins de Trianon n’est ni mentionnée, ni détaillée, comme pour la haute saison, sur le site internet ou sur le plan d’orientation, alors qu’elles sont tout aussi accessibles et visibles et constituent l’intérêt majeur de cet espace paysager peut-être plus beau et romantique en hiver qu’à la belle saison ?

Tout ceci révèle, à nos yeux, une stratégie commerciale évidente d’incitation à visiter le “Domaine de Marie-Antoinette” à la haute saison - quand les lieux seront payants - quand bien même, pour 2008, la pièce essentielle du domaine, le Petit Trianon, ne sera visitable que dans plusieurs mois et que le seul bénéfice sera le droit de jeter un oeil dans quelques fabriques entrouvertes - ce qui n’enlève rien à l’intérêt de la chose mais ne justifie pas, selon nous, un accès payant. Ce déficit d’information s’apparentant à de la désinformation nous semble aller à l’encontre des missions de service au public attendu de l’établissement national que vous présidez, il en est indigne.

Quant au souci de préserver les lieux, il suffit de signaler le rétablissement du libre accès aux jardins de Trianon pendant les cinq mois de la basse saison pour en constater l’inanité. De plus, pour avoir pris connaissance du chiffre officiel de 46% d’augmentation des visiteurs au “Domaine de Marie-Antoinette” pour 2006, il nous semble que c’est plutôt la publicité faite autour du lancement de ce prétendu nouvel espace de visite payant qui serait source de dégradations éventuelles.

Aussi, nous vous demandons de maintenir la gratuité d’accès aux jardins de Trianon, dont ont toujours profité riverains et amateurs, au-delà du mois de mars 2008, ainsi que leur accès toute la journée en haute saison et non les seuls après-midis - ce qui est particulièrement regrettable, vous en conviendrez, alors que les beaux jours arrivent.

Nous ne doutons pas que vous serez sensible à notre démarche qui s’inscrit pleinement dans la tendance actuelle de démocratisation de l’accès aux sites culturels, réaffirmée par le Président de la République dans sa volonté de rendre gratuits les musées nationaux.

Dans l’attente d’une réponse de votre part, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de nos salutations distinguées.

:: Bernard Hasquenoph |

:: Louvre pour tous | 27/02/2008 | 14:12 |

© Louvre pour tous / Interdiction de reproduction sans l'autorisation de son auteur, à l'exception des textes officiels ou sauf mention expresse

RETOUR HAUT DE PAGE

EN COMPLÉMENT



VOS COMMENTAIRES


LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé dans le respect des lois et règlements en vigueur et du droit des personnes.



NOTES

[1] Lire à ce sujet notre article « Promenade dans un jardin de dupes ».



RECHERCHER DANS TOUT LE SITE

Version imprimable de cet article Version imprimable

PAR LE FONDATEUR DE LOUVRE POUR TOUS





UNE CITATION, DES CITATIONS
« En France, on travaille dans le service public, en Amérique, on travaille pour le public » Nathalie Bondil, directrice du Musée des beaux-arts de Montréal, TÉLÉRAMA | 14.09.16
d'autres citations [...]