LOUVRE POUR TOUS

Accueil > Politiques > L’expérimentation de la gratuité des musées

Dames Albanel & Labourdette, illusionnistes en gratuité des musées

Louvre pour tous |

Bernard Hasquenoph | 10/06/2009 | 07:52 |


Auditionnées à l’Assemblée nationale, la ministre de la Culture et la directrice des musées de France ont jonglé avec les résultats de l’expérimentation de la gratuité des musées pour mieux en masquer la vérité

JPG - 12.8 ko
Au Louvre © Louvre pour tous

10.06.09 | ON POURRA DIRE que sous l’ère Albanel, Rue de Valois, la prestidigitation aura été élevée au rang d’Art. Il y a quelques jours, nous appuyant sur de nombreux éléments, nous faisions le récit de l’entreprise de manipulation qui entoura la publication du rapport sur l’expérimentation de la gratuité des musées. Suite à notre article, le ministère de la Culture corrigeait d’ailleurs son site Internet pour rendre un peu plus visible ce « rapport caché ». Nous avons aujourd’hui la certitude que l’exemple venait bien d’en haut, s’il n’en était la source. Aujourd’hui, force est de constater que le travail de sape continue.

La ministre de la Culture ainsi que Marie-Christine Labourdette, directrice des Musées de France depuis juillet 2008, c’est-à-dire juste après la fin de l’expérimentation de la gratuité [1], ont toutes deux été amenées à être entendues récemment par la Commission des Finances de l’Assemblée nationale, dans le cadre d’une mission d’évaluation et de contrôle (MEC) sur le musée du Louvre.

Au cours de leurs auditions, leur ont été posées séparément quelques questions au sujet de la gratuité des musées. Et toutes deux ont donné des réponses plutôt stupéfiantes puisqu’à rebours des études scientifiques commandées par leurs services, citant parfois des chiffres aux sources incertaines. Stupéfiant mais pas surprenant. Dans notre récit, nous citions des propos similaires que Mme Albanel avait tenus dans divers médias, dont on pouvait toujours dire qu’ils étaient déformés, sortis de leur contexte etc. Or là, nous avons la parole de deux personnes aux très hautes responsabilités retranscrite intégralement, tenue devant une assemblée républicaine. Un public acquis du reste. Les députés composant cette mission étaient en effet manifestement plutôt hostiles au principe de gratuité. Une chose est sûre, après les interventions de la ministre de la Culture et de la directrice des musées de France, ils seront confortés dans leur opinion négative.

LE CONSTAT SCIENTIFIQUE DE LA DIRECTRICE DES MUSÉES
Marie-Christine Labourdette a été auditionnée par la Commission le 19 février 2009, en même temps que Guillaume Boudy, secrétaire général du ministère de la Culture. La séance était présidée par Georges Tron (UMP), entouré des rapporteurs de la mission, les députés Nicolas Perruchot (Nouveau Centre), Marcel Rogemont (Apparenté Socialiste) et Richard Dell’Agnola (UMP). Etaient également présents ce jour-là, Emmanuel Gianesini et Emmanuel Marcovitch, respectivement conseiller référendaire et auditeur à la Cour des comptes.

Pour lire le passage complet : cliquez ici

Répondant à une question d’un député très défavorable à la gratuité des musées, qui en cumulait même tous les poncifs et préjugés, la directrice des musées de France d’asséner : « Les mesures annoncées à Nîmes par le Président de la République sur la gratuité sont fondées sur le résultat de l’expérimentation qui a eu lieu entre le 1er janvier et le 30 juin 2008. Celle-ci a confirmé que le prix n’est pas l’obstacle majeur à la démocratisation culturelle ». Premier sujet de stupéfaction puisque nulle part l’étude scientifique d’évaluation de l’expérimentation n’affirme cela. Bien au contraire, 47% des visiteurs se sont dits motivés par la gratuité, ce qui est remarquable sachant que 36% autres ignoraient le fait en venant, pour 17% seulement déclarant que non. Les catégories sociales les plus mobilisées furent les étudiants (53%) et les milieux populaires (51%), démontrant par là-même le caractère démocratisant de la mesure, confirmé par la forte proportion de primo-visiteurs (6 sur 10). L’étude note d’ailleurs : « Des résultats peu équivoques attestent d’une portée sociale de la mesure de gratuité, démontrent son succès auprès des catégories dont les pratiques culturelles sont peu ou moyennement importantes, mettent en lumière l’effet levier de la gratuité sur le formation de la familiarité avec les musées et les monuments. » La directrice des musées de France, elle, admet « un effet déclencheur » de la gratuité uniquement pour « la jeunesse », alors qu’en l’occurence il serait plus exact de parler d’étudiants qui ne représentent pas toute la jeunesse, loin s’en faut [2], ceux-ci en constituant la part la plus favorisée culturellement.

Puis continuant, toujours de manière aussi péremptoire : « la démocratisation ne passe pas par la gratuité pour tout le monde, laquelle se traduirait en effet, pour compenser les pertes de recettes, par un relèvement du tarif des expositions temporaires tel qu’il produirait un effet d’éviction, comme on l’observe en Grande-Bretagne où les collections permanentes sont gratuites ». Doublement faux ! L’étude, dans le prolongement de ce que nous relevions plus haut, affirme clairement que « l’effet accélérateur de la gratuité sur la démocratisation de l’accès aux institutions muséales est manifeste ». Quant à l’exemple anglo-saxon, argument phare des détracteurs de la gratuité, force est de reconnaître que ce qui a pu être vrai il y a quelques années l’est de moins en moins, la France devançant même désormais en certains cas son homologue britannique pour le prix de ses expositions temporaires tout en maintenant payante l’accès à ses collections permanentes [3].

Alors qu’elle y semble elle-même si idéologiquement réfractaire, il est plutôt plaisant d’entendre Mme Labourdette devoir défendre le principe de gratuité face à l’hostilité persistante et polie du même député : « Il n’est pas question de dévaloriser la culture en rendant son accès gratuit » déclare-t-elle.

Mais on sursaute à l’entendre dire : « L’expérimentation a eu au moins le mérite de faire connaître la gratuité à ceux qui pouvaient en bénéficier et qui, souvent, l’ignoraient » - « De la com ? » lui rétorque un député, « Pas seulement » répond-elle - alors qu’on connaît la menace qui pèse sur toutes ces gratuités catégorielles, comme au Louvre qui, en 2004, chercha à en supprimer certaines quand ce n’est pas une chasse à la gratuité elle-même comme à Versailles. Un déficit d’information, voire un défaut d’affichage, contre lequel le ministère de la Culture n’a en réalité jamais lutté ou alors il y a longtemps. Et quand Mme Labourdette parle de « pari sur l’avenir (...) qui se fonde sur un constat scientifique » pour justifier le choix de l’Etat d’accorder la gratuité aux seuls « jeunes », on ne peut s’empêcher de sourire au terme « scientifique ».

Jusqu’à rire franchement avec la dernière réflexion de la directrice des musées de France sur le sujet de la gratuité : « Mais il n’est pas question d’entrer dans un musée comme dans une galerie marchande, pour faire sécher son parapluie pendant une averse en regardant trois tableaux [4]. Un billet sera délivré, pour donner au jeune l’impression d’être en quelque sorte invité après une démarche volontaire de sa part. Ce ne sera pas l’acte gratuit de consommation que vous craignez ». La gratuité érigée en acte de consommation, ça nous laisse sans voix [5]. Quant à la contremarque délivrée en caisse, la vraie raison est d’ordre économique, seul moyen fiable d’évaluer la perte de recettes engendrée par les gratuités nouvelles pour chaque établissement afin que ceux-ci puissent ensuite être indemnisés par l’Etat, obligation logistique dont tout le monde se passerait bien devant la pagaille que cela entraîne depuis le mois d’avril pour les personnels d’accueil et de caisse.

LES CHIFFRES MYSTÈRE DE LA MINISTRE DE LA CULTURE
Christine Albanel a été entendue par la Commission le 9 avril 2009 lors d’une audition ouverte à la presse. La séance était présidée par Georges Tron (UMP), entouré des rapporteurs de la mission, les députés Nicolas Perruchot (Nouveau Centre), Marcel Rogemont (Apparenté Socialiste) et Richard Dell’Agnola (UMP).

Pour lire le passage complet : cliquez ici

La ministre a réitéré les mêmes clichés et contrevérités que sa subalterne, avec le même aplomb et sans doute plus d’habileté politicienne, ayant l’honnêteté de reconnaître qu’à titre personnel, elle n’avait jamais soutenu l’idée d’une « gratuité générale » au cas où on ne s’en serait pas aperçu. Mme Albanel de minorer les résultats de l’expérimentation ayant « certes montré que cela permettait d’attirer plus de monde et de diversifier quelque peu le public, mais pas dans des proportions considérables » pour avancer ensuite des chiffres sortis d’on ne sait où : « En revanche, les soirées gratuites pour les 18-25 ans dans les grands établissements ont eu beaucoup de succès, et la diversification sociologique a été plus importante – avec 37 % d’enfants d’employés et d’ouvriers ».

Si ces Nocturnes Jeunes, qui se sont déroulées à Paris et ont été étudiées par le CRÉDOC [6], ont été effectivement fréquentées amplement, l’étude publiée ne mentionne nulle part le chiffre énoncé par la ministre et, au contraire, indique clairement que « les jeunes faiblement diplômés ont beaucoup moins profité de la mesure que les plus diplômés. Il est manifeste que la mesure de gratuité ne parvient pas, à elle seule, à compenser le déficit de démocratisation dans l’accès à la culture. Les nocturnes gratuites n’ont fait venir que 6% de jeunes employés ou ouvriers, et 5% n’étant pas allés dans un musée au cours des douze derniers mois ». Ainsi l’étude du CRÉDOC constate « l’impact limité sur la démocratisation » de la gratuité lors de ces Nocturnes tout en notant un réel attrait pour les jeunes y participant, essentiellement étudiants, ce qui vient corroborer les résultats de l’expérimentation globale sur cette tranche d’âge [7].

La ministre devient plus crédible quand elle justifie le choix d’accorder la gratuité aux seuls « jeunes » et professeurs de l’Education nationale pour des questions budgétaires, « Ce système est supportable financièrement », explique-t-elle. Un choix politique qui se défend, au prix de l’instrumentalisation de travaux scientifiques ?

DES DÉPUTÉS HOSTILES ET CONVAINCUS
Dans leur rapport publié le 3 juin 2009 en conclusion des travaux de leur mission d’évaluation et de contrôle sur le musée du Louvre, les députés rapporteurs consacrent au sujet qui nous intéresse un court chapitre au titre évocateur : « La gratuité, une mesure pertinente ? » (p.31). Un principe qui décidément les dérange puisqu’ils vont jusqu’à écrire : « Le rappeler peut faire figure de lapalissade, mais la gratuité représente une perte de recettes ». Appréhender la notion de gratuité sous ce seul angle en dit long sur leur approche du concept de démocratisation culturelle. C’est même plutôt consternant.

Reproduisant un encadré sourcé ministère de la Culture censé présenter la synthèse des résultats scientifiques de l’expérimentation alors qu’il ne s’agit rien d’autres que d’une propagande visant à les faire coller au choix politique du Président dans la lignée des interventions de Mmes Albanel et Labourdette [8], les députés, constatant que « les résultats de l’expérimentation menée en 2008 n’ayant pas été totalement probants » proposent de « procéder, un an après sa mise en œuvre, à l’évaluation de la gratuité d’accès aux musées et monuments nationaux [pour] analyser notamment ses conséquences en termes de démocratisation culturelle. ». Retour à la case départ !

Nous nous proposons donc de faire parvenir à ces élus de la République très mal informés, l’étude scientifique originale afin qu’ils puissent prendre connaissance de ses résultats complets qui sont « peu équivoques » comme le disent délicatement ses auteurs chercheurs [9] puisque ni la ministre de la Culture, ni la directrice des musées de France n’ont eu manifestement le temps de la leur transmettre. Ou l’ont fait disparaître, comme par enchantement. Du grand art.

:: Louvre pour tous |

:: Bernard Hasquenoph | 10/06/2009 | 07:52 |

© Louvre pour tous / Interdiction de reproduction sans l'autorisation de son auteur, à l'exception des textes officiels ou sauf mention expresse

RETOUR HAUT DE PAGE

EN COMPLÉMENT



VOS COMMENTAIRES


LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé dans le respect des lois et règlements en vigueur et du droit des personnes.



NOTES

[1] Marie-Christine Labourdette, avant d’occuper le poste de directrice des musées de France à partir de juillet 2008, était déjà conseillère au cabinet de Mme Albanel, chargée depuis 2007 de l’architecture, du patrimoine, des musées et de l’archéologie préventive. Auparavant, cette énarque brillante (promotion Michel de Montaigne) diplômée de l’IEP de Paris et titulaire d’un DEA d’histoire, a été administratrice de la Ville de Paris, secrétaire générale de l’Académie de France à Rome puis directrice régionale des affaires culturelles de Bourgogne avant de rejoindre le ministère de la Culture. Elle est l’épouse de Jean-Luc Soulé, maître de conférences à Sciences Po Paris, ancien diplomate culturel, président du festival du Périgord Noir et actuel dirigeant de l’entreprise privée Méc’ene (Source Aqui).

Marie-Christine Labourdette, Directrice des Musées de France - France5
Laurence Piquet rencontre Marie-Christine Labourdette, Directrice des Musées de France


D’AUTRES VIDÉOS SUR LOUVREPOURTOUS TV

[2] On estime à environ 10% la proportion des 18-25 ans sur les 62 millions de français recensés en 2006, soit 6.2 millions de jeunes. Le nombre d’étudiants est lui de 2,3 millions (Chiffre ministère de l’Education nationale 2006-07)

[3] Nous avons fait l’étude comparative il y a peu entre le Louvre et le British Muséum pour nous rendre compte que la grande exposition temporaire du Louvre était presque aussi chère (11€) que son équivalente anglaise (12£ =13,5€), même plus sous certaines conditions (14€). Quant aux grandes expositions temporaires des autres institutions anglosaxones dont les collections permanentes sont gratuites ainsi que nombre d’expositions temporaires (Tate 12,20£=14€, National Gallery 12£ =13,5€), l’écart de prix se resserre peu à peu avec ceux pratiqués chez leurs homologues françaises qui les rattrappent peu à peu tout en maintenant payantes leurs collections permanentes (Versailles 15€, Centre Pompidou 12€, Grand Palais 11€, sauf Orsay 7,50€...). Il serait intéressant de mener une étude précise et complète sur la question.

[4] Et pourquoi pas ?

[5] Ceci dit, Philippe Chantepie, chef du Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS) au ministère de la Culture parle lui de « marketing de la gratuité » (entre guillemets), en introduction de l’étude sur l’expérimentation.

[6] « La nocturne gratuite, un bon plan pour les jeunes et pour les musées » par Bruno Maresca, CREDOC, n°215 | 10.08. Etude menée sur la base d’enquêtes réalisées par le CRÉDOC et Sciences Po Paris, coordonnée par Anne Krebs du service des études du musée du Louvre. Lire sur le sujet notre article « Sarkozy offre la gratuité des musées aux jeunes... les plus favorisés ».

[7] Le chiffre cité par la ministre recouvre peut-être une réalité. Mais l’utilisation qu’elle en fait alors que l’étude du CRÉDOC n’a pas jugé utile de le donner a manifestement pour but de masquer les seulement 6% de jeunes employés ou ouvriers ayant fréquenté ces Nocturnes.

[8] On y retrouve le chiffre mystère de la ministre, développé ici : « Les jeunes dont le père appartient à l’une des catégories suivantes « ouvrier, employé, agriculteur, artisan, commerçant ou inactif » représentent 34 % du public pour l’Ile-de-France, 40 % pour les régions et 33 % pour les jeunes étrangers. ».

[9] « La gratuité dans les musées et monuments en France : quelques indicateurs de mobilisation des visiteurs » réalisée par Jacqueline Eidelman et Benoît Céroux, sociologues et chercheurs au CERLIS/CNRS



RECHERCHER DANS TOUT LE SITE

Version imprimable de cet article Version imprimable

PAR LE FONDATEUR DE LOUVRE POUR TOUS


EN LIEN

DANS LA MÊME RUBRIQUE

30.01.2012 | <h6>Voeux à la Culture 2012 ©DR</h6>Sarkozy revisite la gratuité des musées

1er.08.2009 | Musées - Plus de gratuité pour visiter plus
10.06.2009 | Marie-Christine Labourdette répond officiellement sur la gratuité des musées
10.06.2009 | Christine Albanel répond officiellement sur la gratuité des musées
8.06.2009 | <h6>Au Louvre © Louvre pour tous</h6>Le Louvre discrimine les jeunes étrangers... mais pas trop
3.06.2009 | <h6>Au château de Versailles<br>© Louvre pour tous</h6>Aillagon donne presque raison à SOS Racisme

2.06.2009 | Martine Billard vs Christine Albanel à l’Assemblée
1er.06.2009 | <h6>Malraux / ministère de la Culture<br>© Louvre pour tous</h6>Le rapport caché sur la gratuité des musées


1er.06.2009 | La gratuité des musées vue par Jean-Michel Tobelem
27.05.2009 | <h6>Manif pour la gratuité au Louvre, 2005<br>© Louvre pour tous</h6>SOS Albanel, « raciste » sa gratuité des musées ?
3.04.2009 | <h6>Au Louvre © Louvre pour tous</h6>Des musées fêtent la gratuité grave hypocrites
3.04.2009 | <h6>Le Muséum, à Paris © Louvre pour tous</h6>Les professeurs oubliés de la gratuité des musées
31.03.2009 | <h6>© Louvre pour tous</h6>Avec Albanel, la gratuité des musées est une fête
4.03.2009 | <h6>© Louvre pour tous</h6>Gratuité des musées pour les jeunes et les professeurs J-30
21.01.2009 | <h6>Christine Albanel aux voeux à la presse © DR</h6>Albanel se réjouit de la gratuité des musées pour les jeunes
19.01.2009 | <h6>Nicolas Sarkozy à Nîmes © DR</h6>Gratuité des musées - Qu’en pensent les jeunes ?
18.01.2009 | Sarkozy offre la gratuité des musées aux jeunes... les plus favorisés
14.01.2009 | <h6>Nicolas Sarkozy à Nîmes © DR</h6>Gratuité des musées pour les professeurs... déjà annoncée il y a un an
11.11.2008 | <h6>Christine Albanel sur LCI © DR</h6>Albanel renonce à la gratuité des musées


7.10.2008 | <h6>Musée du Louvre © Louvre pour tous</h6>La gratuité des musées à l’agonie


26.09.2008 | <h6>Musée de Cluny © Louvre pour tous</h6>Musées gratuits pour les profs, le flou artistique


30.03.2008 | <h6>Musée d'Orsay © Louvre pour tous</h6>Gratuité des musées,
un rendez-vous manqué
6.02.2008 | <h6>Musée du Louvre © Louvre pour tous</h6>Musées gratuits pour les profs, une vraie fausse joie
3.07.2007 | Gratuité des musées, cacophonie au sommet


29.05.2007 | <h6>Musée du Louvre © Louvre pour tous</h6>Une promesse qui s’envole…


1er.04.2007 | La gratuité siglée UMP est un leurre
24.01.2006 | L’UMP fait l’apologie de la gratuité des musées



UNE CITATION, DES CITATIONS
« En France, on travaille dans le service public, en Amérique, on travaille pour le public » Nathalie Bondil, directrice du Musée des beaux-arts de Montréal, TÉLÉRAMA | 14.09.16
d'autres citations [...]