LOUVRE POUR TOUS

Accueil > Musées

La délirante politique tarifaire du Muséum national d’Histoire naturelle

Bernard Hasquenoph | 9/02/2014 | 18:39 | 4 commentaires


Le Muséum national d’Histoire naturelle multiplie les zones payantes sur son site parisien du Jardin des Plantes - jusqu’à 8 ! - tout en contournant les gratuités obligatoires des enfants, des jeunes et des enseignants. À en oublier son devoir d’accessibilité et sa mission de diffusion des connaissances.

09.02.14 | LE MUSÉUM NATIONAL D’HISTOIRE NATURELLE (MNHN) a eu la bonne idée d’ouvrir fin 2013, au Jardin des Plantes, un espace d’exposition permanente sur la botanique, afin de montrer ses multiples applications et valoriser son herbier entièrement reclassé, le plus important au monde.

Pédagogique et bien présentée, la Galerie de Botanique n’est cependant pas très grande et bizarrement scindée en deux espaces distants, ce qui donne un peu l’impression qu’on l’a casé tant bien que mal dans le bâtiment de Phanérogamie remanié. Le premier espace occupe un petit hall d’entrée circulaire, le second est repoussé au fond d’un couloir longeant la nouvelle et très design bibliothèque de botanique réservée à la recherche.

Mais pourquoi rendre la Galerie de Botanique payante ? Là est le mystère. A première vue, son droit d’entrée n’est pas très élevé : 4€. Mais ce tarif unique n’est applicable que jusqu’en juin 2014, ensuite le billet passera à 6€ en tarif plein. Espace de visite voué à être relativement confidentiel vu son domaine, on est bien là dans l’idéologie du tout-payant car il sera certainement plus cher de maintenir un dispositif de caisse et son personnel que d’appliquer une gratuité qui attirerait sans doute plus de monde. Idem pour le minuscule Cabinet d’Histoire niché au rez-de-chaussée de l’hôtel de Magny à l’autre bout du jardin : trois petites salles théoriquement en accès libre, annulé par la présence d’expos dans deux autres minuscules pièces qui, s’enchaînant, rendent opportunément l’ensemble payant.

JPG - 161.1 ko
La Galerie de Botanique. D’autres photos ici (…)

Curieuse politique des publics qui consiste à multiplier les espaces de visite tarifés sur un site pas très étendu - aujourd’hui jusqu’à 8, voire 9 ! - où seul le jardin est gratuit [1]. Et encore, il y a eu un projet pour le rendre payant. Et même avec « l’offre découverte » qui donne droit avec un billet plein tarif pour l’un des espaces, au tarif réduit pour les autres durant 3 mois, la visite globale revient très chère. Sur une journée, on n’en parle même pas. Encore plus pour une famille puisque la gratuité Enfants imposée par la loi Musées de France dans les collections permanentes n’est pas appliquée partout ni tout le temps, et souvent restreinte aux moins de 4 ans, comme dans la Galerie des Enfants, espace de médiation ouvert en 2010 dans l’enceinte même de la Grande Galerie de l’Evolution [2]. Bizarre pour un établissement national dont l’une des missions essentielles est la diffusion des connaissances et dépendant de deux ministères : l’Enseignement supérieur et de la Recherche, et celui de l’Environnement. Et tout cela sous l’oeil du ministère de la Culture, puisque la Directrice des Musées de France, gardienne du label, siège au conseil d’administration de l’établissement.

Mais il y a mieux. Dans son espace phare de la Grande Galerie de l’Evolution au tarif de base raisonnable pour un grand musée parisien (7€), le Muséum contourne non seulement l’obligation de la gratuité Enfants mais aussi celle dont devraient bénéficier les 18-25 ans et les enseignants depuis 2009, en y intégrant des expositions temporaires [3]. Même quand celles-ci occupent un espace des plus limités, comme nous avons pu le constater le 7 février lors d’une visite qui nous a ahuri. Plus de sept mois durant, la Grande Galerie accueillait l’expo « Le tour de France de la biodiversité »... soit « trente photographies exemplaires de la biodiversité des régions françaises » comme l’indiquait sa présentation. Sur place, on n’en a compté que 16, rétroéclairées et accrochées en surplomb du balcon de la Grande nef. Le reste, on l’a découvert dans une pièce adjacente, entreposé dans un coin, démonté. Pourtant l’exposition était censée durer encore 3 jours, 17 selon l’agenda en ligne. Et même ! cette maigre installation justifiait-elle de lever ces gratuités ? Humour ou cynisme, le site Internet précisait : « Exposition gratuite pour les visiteurs munis d’un ticket d’entrée ». Comment ne pas parler d’arnaque ?

JPG - 118.2 ko
Expo Biodiversité. Photos luminieuses et reste de l’expo démonté.

Ce n’était pas une première puisque la pratique avait déjà été pointée du doigt en 2012 par Le Canard enchaîné : « Ainsi, en ce moment, une exposition temporaire vite faite sur le gaz a atterri à la Grande Galerie, à l’intérieur de l’expo permanente… ce qui évite au Muséum d’appliquer la loi sur la gratuité aux moins de 26 ans : y’a pas de petits profits ! » [4]. Ce sera aussi le cas pour l’expo « Nuit » qui, à partir du 12 février jusqu’en novembre 2014, se déroulera au niveau -1 du bâtiment de la Grande Galerie, dans un espace pourtant nettement séparé et disposant d’une entrée distincte. Comme il s’agit d’une « grande » expo, le billet d’entrée sera majoré de deux euros - ce qui pourrait constituer en l’occurence une vente forcée [5] -, les privés de gratuité n’ayant droit qu’à un tarif réduit de 7 euros, soit le tarif de base annuel. Grande générosité, les moins de 4 ans bénéficieront tout de même d’un accès libre.

Et si tout cela ne suffisait pas et si, en sortant, par bonheur, il vous reste quelques euros dans votre porte-monnaie, « le Muséum a besoin de vous ! » car on vous propose en plus de parrainer un animal... ou un banc. Au Muséum national d’Histoire naturelle, le service public ne sera-t-il bientôt qu’un souvenir ? Déjà une espèce disparue, voire un fossile.

<h6>Tarifs pleins minimaux au Jardin des Plantes en haute saison et le week-end<br clear="all"><a href="https://maps.google.fr/maps?hl=fr&ll=48.844193,2.359335&spn=0.008339,0.017853&t=k&z=17">Carte Google Maps</a> / <a href="http://www.mnhn.fr/fr/visitez/galeries-jardins-zoos">Sur le site du MNHN</a></h6>

ESPACES DE VISITE PAYANTS AU JARDIN DES PLANTES
Tarif plein / tarif réduit

Grande Galerie de l’Évolution : 7€, 9 ou 11€ selon programmation / 5€, 7 ou 9€
Galerie des Enfants : 9€/7€ (compris billet Grande Galerie de l’Évolution)
Galeries d’Anatomie comparée et de Paléontologie : 7€/5€
Cabinet d’Histoire du Jardin des Plantes : 3€/1€, théoriquement gratuit en période d’absence d’exposition temporaire, ce qui n’est même pas mentionné sur le site, mais durée très limitée dans les faits [6]
Galerie de botanique : 4€, tarif unique jusqu’au 30 juin 2014 puis 6€/4€
Grandes serres du Jardin des Plantes : 6€/4€
Ménagerie du jardin des plantes : 13€ (11€ à l’écriture de notre article)/9€
Jardin alpin ouvert uniquement d’avril à novembre : gratuit la semaine / 2€ weekend et jours fériés, tarif unique
Galerie de Géologie et de Minéralogie : 6 ou 8€ selon programmation / 4 ou 6€ (fermée pour rénovation mais louée pour des événements privés comme pour Hermès en 2012) / Réouverture prévue le 19 décembre 2014
• Galerie d’entomologie : fermée depuis 1998, plus mentionnée nulle part, aucun projet de réouverture mais toujours labellisée Musée de France

:: Bernard Hasquenoph | 9/02/2014 | 18:39 | 4 commentaires

© Louvre pour tous / Interdiction de reproduction sans l'autorisation de son auteur, à l'exception des textes officiels ou sauf mention expresse

RETOUR HAUT DE PAGE

EN COMPLÉMENT



VOS COMMENTAIRES


10.03.2014 | dld |

Dans le même genre de délire tarifaire, c’est le Musée des Arts Déco qui s’y collent. La dernière AG avait voté une augmentation du prix du billet de 1 € (ce qui était déjà énorme, faisant passer le billet de 9,5 € à 10,5 €, soit près de 10 %). Surprise, le billet est passé à 11 € (soit une augmentation de 15 %) depuis le 1er mars. Pourquoi une augmentation supérieure à ce qui a été voté par les membres de la Société ? Abus de la part du Conseil d’Administration ? A voir !


12.02.2014 | phi |

@lolo oui ! il y a des gens compétents au museum de Paris !


10.02.2014 | lolo |

Des gens compétents, au museum à Paris, vous voulez rire ???


9.02.2014 | Bebass | http://www.bebass.net

Il faut connaitre les dessous pour comprendre que les crédits n’existent plus, la culture du prochain et de la Nature est morte et cela depuis déjà au moins deux décennies. Les collections vivantes fonctionnent grâce a un encadrement de haute volée et des personnels particulièrement compétents et passionnés et des gens en externe particulièrement motivés par les sujets. La sonnette d’alarme est tirée, chaque € est vital pour la conservation des espèces, des Index Semineum, bref entre la théorie et la réalité...............


LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé dans le respect des lois et règlements en vigueur et du droit des personnes.



NOTES

[1] A noter également, mais ce n’est pas un espace muséal, l’offre gratuite des Rendez-vous au Muséum qui propose toute l’année gratuitement cours et conférences.

[2] « Dans les musées de France relevant de l’Etat, les mineurs de dix-huit ans sont exonérés du droit d’entrée donnant accès aux espaces de présentation des collections permanentes. », loi n° 2002-5 du 4 janvier 2002 relative aux musées de France, article 7. Quatre espaces au Jardin des Plantes ont actuellement le label Musée de France : la Grande Galerie de l’Evolution ; la Galerie d’anatomie comparée et de paléontologie ; la Galerie de Minéralogie, Géologie et Paléobotanique ; la Galerie d’entomologie (fermée). Nous n’avons pas l’info pour la Galerie de Botanique. Seuls deux sont en accès réellement libre pour les enfants : Galerie de Botanique, Galerie de Paléontologie et d’Anatomie comparée.

[3] Sur les 8 espaces payants du Jardin des Plantes dont 4 labellisés Musée de France, seuls 2 sont en accès réellement libre pour les enfants, les 18-25 ans et les enseignants : la Galerie de Botanique, la Galerie de Paléontologie et d’Anatomie comparée.

[4] Le Canard enchaîné (18 juil. 2012)

[5] Tout musée, en tant que prestataire de services de loisirs, est soumis au Code de la consommation. L’article L 122-1 interdit ce qu’on nomme en droit une « vente subordonnée » - c’est-à-dire vendre de force, ensemble, plusieurs produits ou services distincts - et on ne voit pas, dans ce cas, l’exception ou motif légitime qui la justifierait puisque l’espace de l’exposition temporaire est séparé de l’espace des collections permanentes, disposant d’une entrée distincte.

[6] A peine dix jours entre les deux dernières expositions : « Le Muséum à la Belle époque » 16 octobre 2013-13 janvier 2014 puis « Images d’oiseaux » 22 janvier - 28 avril 2014).



RECHERCHER DANS TOUT LE SITE

Version imprimable de cet article Version imprimable

PAR LE FONDATEUR DE LOUVRE POUR TOUS


EN LIEN




UNE CITATION, DES CITATIONS
« En France, on travaille dans le service public, en Amérique, on travaille pour le public » Nathalie Bondil, directrice du Musée des beaux-arts de Montréal, TÉLÉRAMA | 14.09.16
d'autres citations [...]