LOUVRE POUR TOUS

Accueil > Politiques > Ministère de la Culture

Pour le ministère de la Culture Jeanne d’Arc est un homme

Bernard Hasquenoph |

Louvre pour tous | 9/01/2012 | 15:02 |


« Jeanne d’Arc né à Domrémy », voilà ce qu’on pouvait lire sur le site du ministère de la Culture. C’était l’une des fautes décelées sur une seule page. Curieuse défense de la langue française pour un ministère dont le nouveau site a coûté une fortune et dont les dysfonctionnements, un mois après son lancement, ne sont toujours pas réglés.

18h15 | Bravo. Les fautes d’orthographe signalées ici ont été corrigées quelques heures après la mise en ligne de cet article et... au bout de six jours. Pas mal !

09.01.12 | DANS LE DÉBAT qui oppose encore les historiens, le ministère de la Culture a tranché. Jeanne d’Arc dite la Pucelle, dont on célèbre cette année le six centième anniversaire de la naissance et qui fait l’objet de toutes les récupérations politiques, était bien un homme. On l’apprend avec stupeur sur la page du site Internet du ministère en date du 4 janvier annonçant les commémorations nationales 2012. C’est écrit noir sur blanc : « Jeanne d’Arc, né à Domrémy... ». Né sans e..., oui, Jeanne était donc bien un homme !

Vous l’aurez compris, il s’agit évidemment d’une simple faute de français. Mais si seulement elle était la seule ! Car, dans ce seul paragraphe, nous avons décelé avec nos amis Facebook pas moins de cinq erreurs : Louis XVI pour Louis XIV, Levau pour Le Vau (faute qu’on retrouvera d’ailleurs sur le site pourtant spécialisé artclair.com avant qu’il ne le corrige à son tour !), Jeanne d’Arc né à pour née à, Blaise Pacal pour Pascal, T.NP. pour T.N.P..

Ces coquilles fâcheuses - mais peut-être y’en-a-t-il d’autres - la foutent tout de même mal sur le site d’un ministère de la République qui possède, de plus, dans ses attributions, la défense de la langue française. Mais c’est encore plus choquant quand on se rappelle que ce site Internet vieux seulement d’un mois a coûté la bagatelle de 530 000€, soit cinq fois plus que celui de l’Elysée, dont 430 000 déjà dépensés à son lancement selon l’aveu de ses responsables. Nouveau site et montant dont n’était même pas au courant le ministre lui-même Frédéric Mitterrand quand il fut interrogé à ce sujet sur France Inter une semaine plus tard par Pascale Clark ! Une chose est sûre : même à ce prix-là, les services d’un correcteur n’ont pas été prévus.

JPG - 280.1 ko
Site du ministère de la Culture, capture d’écran | 09.01.12

Tout aussi surprenant, un mois après, tous les dysfonctionnements dénoncés dès le lancement du nouveau site, ce qui en rendait encore plus choquant le prix, ne semblent pas vraiment avoir été corrigés.

TÉMOIGNAGE RECU D’UNE ÉTUDIANTE

Comme je l’ai dit sur twitter, je commence à être très fâchée de voir le nombre de pages/sites associés à culture.gouv.fr qui ne fonctionnent pas correctement. Liens morts, pages isolées, mal référencées sur google, problème de serveurs, informations périmées... La somme investie dans la refonte du site avait fait grand bruit. Mais concrètement, qu’est ce qui avait été fait ? Une fois dépassée la page d’accueil du site, on retombe sur des pages avec un look très vieillot : http://www.culture.gouv.fr/nav/index-dt.html.

Pour ma scolarité, j’utilise depuis 6 ans le site du ministère et les sites associées à culture.gouv.fr . Voici quelque uns des problèmes que je rencontre fréquemment :
- Google m’indique une page du ministère de la culture sur mon sujet de recherche : en cliquant, je suis automatiquement redirigée vers la page d’accueil du site.
- liens morts à l’intérieur des sites (très très fréquent)
- Google m’indique une page qui m’intéresse comme par exemple :
http://www.culture.gouv.fr/culture/actualites/politique/epcc/epcc.htm Rien dans la page ne me permet de naviguer vers d’autres pages (aucun lien pour remonter l’arborescence du site)
- informations non mises à jour... Certaines pages n’ont pas été actualisée depuis 2008 voir même avant !
- serveurs indisponibles, sites disparus... Impossible d’accéder, par exemple, au site créé pour les 50 ans du ministère, pourtant si utile aux lycéens en terminale histoire des arts pour leur cours sur les politiques culturelles...

Voici donc quelques exemples des problèmes fréquemment rencontrés. Evidement, en bidouillant un peu les URL, on arrive parfois à retomber sur la page recherchée... Cependant, ce manque d’accessibilité à l’information m’exaspère et je m’interroge sur la réalité de cette « refonte » du site... et sur son prix  :: peccadille | 07.01.12


Et effectivement, bon exemple de bug, quand on a voulu chercher sur le site du ministère de la Culture, via le moteur de recherche intégré, trace de la délégation générale à la langue française, on est tombé sur une page vide :

En revanche, on la retrouve bien par Google mais datant de l’ancien site : http://www.dglf.culture.gouv.fr/. 530 000€ pour tomber sur des pages vides et pour apprendre en prime que Jeanne d’Arc était un homme... On en reste sans voix.

:: Bernard Hasquenoph |

:: Louvre pour tous | 9/01/2012 | 15:02 |

© Louvre pour tous / Interdiction de reproduction sans l'autorisation de son auteur, à l'exception des textes officiels ou sauf mention expresse

RETOUR HAUT DE PAGE

EN COMPLÉMENT



VOS COMMENTAIRES


LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé dans le respect des lois et règlements en vigueur et du droit des personnes.



NOTES



RECHERCHER DANS TOUT LE SITE

Version imprimable de cet article Version imprimable

PAR LE FONDATEUR DE LOUVRE POUR TOUS


EN LIEN




UNE CITATION, DES CITATIONS
« En France, on travaille dans le service public, en Amérique, on travaille pour le public » Nathalie Bondil, directrice du Musée des beaux-arts de Montréal, TÉLÉRAMA | 14.09.16
d'autres citations [...]