LOUVRE POUR TOUS

Accueil > Politiques > Ministère de la Culture

Musée, le ministère balance le concours des familles

Louvre pour tous |

Bernard Hasquenoph | 4/06/2008 | 10:37 |


Le ministère de la Culture lance un prix destiné à rapprocher le musée des familles. Une opération de communication définit-elle une politique de démocratisation culturelle ?

JPG - 15 ko
Musée du Louvre © Louvre pour tous

04.06.08 | ORGANISER UN CONCOURS EN INTERNE est une technique de management très prisé dans le privé. Cela augmente la productivité globale, à moindre coût puisque les perdants, même fortement impliqués, sont, à l’arrivée, plus nombreux que le gagnant. C’est mathématique. Et tout benef’ pour les finances de l’entreprise.

Aussi, que le ministère de la Culture façon Sarkozy, adepte de l’esprit d’entreprise, lance, entre les musées, un concours avec attribution de prix, n’a en soi rien d’étonnant. [1]

PRIX DES FAMILLES
Annoncé officiellement le 6 mai dernier par un communiqué conjoint du ministère de la Culture et du Secrétariat d’État chargé de la Famille, le prix « Musée en famille » doit permettre de « distinguer le musée qui prendra la meilleure initiative pour favoriser la découverte de ses collections par les familles » [2]. S’inscrivant dans une « dynamique de démocratisation de l’accès au patrimoine », l’intention des plus louables ne fait que suivre les recommandations d’études sociologiques démontrant l’apport déterminant des visites des musées en famille durant l’enfance pour leur fréquentation régulière à l’âge adulte [3].

L’objectif du concours est de « récompenser un musée qui déploie une politique favorisant l’accueil des familles » se caractérisant par des aménagements durables, des documents d’accueil spécifiques, des actions de médiation ou encore des initiatives à venir [4]. Ne sont pas seulement concernés les 34 musées nationaux mais tous les établissements municipaux, départementaux ou associatifs pouvant se prévaloir du label « Musée de France », soit au total 1213 musées disséminés sur tout le territoire.

Ce sont les DRAC (Direction régionale des affaires culturelles) qui ont la charge de récolter les dossiers de candidature avant de sélectionner, parmi eux, « les plus dignes d’intérêt », en lien avec les Union régionales et départementales des associations familiales (URAF et UDAF). Les dossiers pré-sélectionnés seront alors transmis à la Direction des musées de France (DMF) et à la délégation interministérielle à la famille. Un jury composé « de personnalités du monde de la culture et des arts, ainsi que du monde de la famille » aux identités non rendues publiques, décernera le prix.

Enfin, juin 2008, Christine Albanel, ministre de la Culture, et sa collègue, Nadine Morano, du ministère du Travail remettront à l’heureux établissement gagnant la somme de 20 000 €, supportée à part égale par leurs deux ministères, le lauréat autorisant d’être utilisé pour des « actions de communication ».

UN ARSENAL DE BONNES IDÉES
Le dossier de candidature, en interrogeant les établissements candidats sur leurs prestations, dresse un inventaire des mesures d’une politique presque optimale d’accueil des familles.

Cela commence par l’incitation à la visite : information sur Internet, accessibilité par les transports en commun, tarif du parking… ; par l’offre tarifaire : gratuité pour les enfants [5], réduction Famille nombreuse, partenariat avec institutions type CAF, fidélisation… ; se poursuit avec les services spécifiques proposés à l’entrée du musée : caisse dédiée, coupe-file, horaires privilégiés, signalétique, billets autorisant entrée et sortie dans une même journée, brochure… ; les prestations matérielles proposées sur place : poussettes ou porte-bébé, espace bébé, cartels adaptés aux enfants, marche pour mieux voir les vitrines, loupe… ; et les animations culturelles lors de la visite : personnel dédié, livret parcours, dépliant, mode d’emploi, audioguide, guide multimédia, borne interactive, activités spécifiques... ; enfin les partenariats possibles : mécénat, CAF, collectivités territoriales... Un arsenal de bonnes idées qui montre que toute politique de démocratisation culturelle, pour avoir des effets, se doit d’être globale. Incitation à venir, tarification adaptée, aide à la visite, tout se tient.

Mais plus qu’un concours au résultat forcément arbitraire quant au choix du gagnant et frustrant pour les perdants, n’aurait-il pas mieux valu remettre à tous une documentation développant ces points pour les aider à progresser dans la voie recherchée ? Plutôt que de jouer la concurrence, pourquoi ne pas avoir cherché à mutualiser les expériences ? Visiblement, la solidarité n’est pas de mise.

UNE POLITIQUE AVEC QUELS MOYENS ?
Reste la question des moyens dont disposent les musées français et des rapports qu’ils entretiennent avec les institutions locales pour développer une politique d’accueil des familles. Le caractère « ludique » du concours évite d’y répondre. Si ce n’est par le dernier point - la recherche de partenariat - qui est une manière insidieuse de faire comprendre aux établissements qu’ils n’ont pas d’autre choix que de se tourner vers des acteurs extérieurs, notamment du privé, pour financer ce qui, pourtant, est une des missions premières que leur confère le label d’Etat « Musée de France » : le souci du public [6].

Plus curieux, l’absence d’évocation du partenaire que l’on imagine numéro un pour une politique d’accès au musée visant la famille, l’école. Car c’est certainement en dressant des ponts entre ces deux institutions que le processus de démocratisation culturelle pourra s’affirmer. C’est d’ailleurs la conclusion à laquelle parviennent les chercheurs quand ils proposent notamment la remise par l’école de billets gratuits pour une visite conviviale en famille au musée qui viendrait prolonger la visite scolaire obligatoire, contreproductive pour les élèves les moins habitués des lieux [7].

Enfin, le moment choisi pour la remise du prix « Musée en famille », en juin, n’est certainement pas innocent puisqu’il coïncide avec la fin de l’expérimentation de la gratuité des musées qui devrait, en toute vraisemblance, déboucher sur l’abandon de l’idée de toute gratuité totale contrairement à la promesse du candidat de l’UMP. L’écho donné à la remise du prix qui ne risquera pas, vu la faiblesse de son montant, de grever le budget des deux ministères permettra de donner l’illusion d’une politique de démocratisation culturelle encore à construire. Ce ne sont pas les prétendus 1,2% d’augmentation de crédits pour les musées du Budget 2008 Culture version Sarkozy, qui pourra compenser la baisse vertigineuse de 22% des actions de démocratisation de la culture. Cinglant aveu d’une triste réalité.

:: Louvre pour tous |

:: Bernard Hasquenoph | 4/06/2008 | 10:37 |

© Louvre pour tous / Interdiction de reproduction sans l'autorisation de son auteur, à l'exception des textes officiels ou sauf mention expresse

RETOUR HAUT DE PAGE

EN COMPLÉMENT



VOS COMMENTAIRES


LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé dans le respect des lois et règlements en vigueur et du droit des personnes.



NOTES

[1] Pour être tout à fait exact, le ministère cher à Malraux n’a pas attendu l’hyperprésident pour se lancer dans l’organisation de concours interne puisque existe déjà - manifestement depuis peu - le prix « Des musées pour tous » récompensant « une réalisation d’excellence et de bonne pratique en matière d’accessibilité pour les visiteurs handicapés » d’un établissement recevant alors la somme de 50 000 €. Nous y reviendrons dans un prochain article.

[2] Communiqué « Lancement du prix « musée en famille » », ministère de la Culture | 06.05.08.

[3] « La gratuité des musées et des monuments côté publics », p.320 & 344, par le Département des études, de la prospective et des statistiques / Ministère de la Culture et de la Communication, étude dirigée par Anne Gombault, Editions La Documentation française | 2006. Cette importante étude cite elle-même de nombreuses autres études et publications.

[4] Citations et informations sont extraites du règlement du concours consultable sur le site du ministère de la Culture, rubrique Direction des musées de France (DMF).

[5] A quand une campagne d’information du ministère de la Culture sur la gratuité des musées nationaux pour les moins de 18 ans, ce qu’ignore nombre de gens ? Une manière comme une autre d’inciter les familles à s’y rendre.

[6] La loi socialiste du 4 janvier 2002 instituant le label « Musée de France » affirme l’exigence première de « placer le public au cœur de la vocation du musée », notamment par « l’obligation de mettre en place une politique tarifaire reflétant l’objectif de démocratisation de l’accès à la culture » ce qui se traduit, pour les musées nationaux, par l’obligation de l’entrée gratuite des moins de dix-huit ans. Cf. la Direction des musées de France > La loi relative aux musées de France

[7] Cf. Note 3.



RECHERCHER DANS TOUT LE SITE

Version imprimable de cet article Version imprimable

PAR LE FONDATEUR DE LOUVRE POUR TOUS


EN LIEN




UNE CITATION, DES CITATIONS
« En France, on travaille dans le service public, en Amérique, on travaille pour le public » Nathalie Bondil, directrice du Musée des beaux-arts de Montréal, TÉLÉRAMA | 14.09.16
d'autres citations [...]