LOUVRE POUR TOUS

Accueil > Musées > Domaine de Versailles > Domaine de Marie-Antoinette

Promenade dans un jardin de dupes

Louvre pour tous | 24/02/2008 | 20:11 |


A la baisse saison 2007-08, le Château de Versailles vendait des billets pour le « Domaine de Marie-Antoinette » alors que le Petit Trianon était fermé pour travaux et que ses jardins, dont le Hameau, étaient en accès libre. Révélateur d’une politique commerciale douteuse.

JPG - 7.5 ko
© Louvre pour tous

24.02.2008 | ENCORE QUELQUES SEMAINES de promenade libre dans le domaine du Petit Trianon, avec ses fabriques disséminées dans les jardins, et son hameau champêtre niché au fond du parc.

Début avril, avec la haute saison, cette parenthèse devrait se refermer et l’accès au site redevenir payant et, alors que les beaux jours arrivent, se limiter aux seuls après-midis [1].

On se souvient qu’à l’été 2006, sous la présidence de Christine Albanel, cette nouvelle réglementation avait été imposée non sans protestation, rompant avec une tradition de gratuité dont profitaient depuis des générations les promeneurs, riverains et amateurs [2].

L’ensemble englobé dans un espace dénommé artificiellement « Domaine de Marie-Antoinette », déjà discutable en soi car occultant son passé Louis XV, était de plus historiquement faux puisque incluant le Grand Trianon rattaché à Louis XIV, avec un mobilier datant, lui, de l’époque Napoléon. Quant au nom historique du Petit Trianon, il a tout simplement disparu sur les panneaux de signalisation du domaine de Versailles pour celui plus commercial de « Domaine de Marie-Antoinette ».

Sans lien avec la dernière reine de Versailles, le Grand Trianon est aujourd’hui le seul lieu visitable et payant, depuis quatre mois et jusqu’à fin mars, du billet estampillé « Domaine de Marie-Antoinette » ! [3]

Le Petit Trianon est fermé au public pour travaux de restauration jusqu’en juin ou juillet 2008. Les accès prétendument inédits inaugurés en même temps que le « Domaine de Marie-Antoinette » sont clos pour la basse saison [4]. Le Théâtre de la Reine est accessible uniquement en visites-conférences... payantes. Et les jardins du Grand et du Petit Trianon sont libres d’accès toute la journée, c’est-à-dire gratuits par plusieurs entrées possibles. Comme avant.

RECHERCHE INFO DÉSESPÉRÉMENT
Le vrai scandale pour un des sites historiques les plus visités de France, c’est l’information, ou plutôt son manque patent. Celle-ci demeure parcellaire, dispersée, incomplète, confuse quand elle n’est pas tout simplement absente.

Sur le site internet du Château de Versailles [5], dès le portail d’accueil, on apprend effectivement que le Petit Trianon est fermé pour travaux jusqu’en juillet 2008. A la page Tarifs, le billet « Domaine de Marie-Antoinette » est indiqué à 5 € en basse saison sans autre précision. Il faut aller jusqu’à la page Horaires ( !) pour apprendre que seul le Grand Trianon est visitable et les jardins en « promenade libre » , libre étant le mot également employé pour qualifier les visites individuelles payantes alors qu’ici il signifie gratuité. Nulle mention des fabriques, du hameau, de la ferme qui s’y trouvent, contrairement au horaires Haute saison où la liste en est détaillée.

Le portail d’accueil incite à la vente en ligne de billets, par l’intermédiaire d’une société partenaire. Le billet « Domaine de Marie-Antoinette » est à 6,60€, avec comme seule indication la fermeture du Petit Trianon ; on nous signale que les fabriques sont accessibles « sauf fermeture exceptionnelle des espaces concernés en raison des travaux en cours » ; aucune mention de la gratuité des jardins dès le matin. On imagine aisément un visiteur souhaitant se promener dans ces célèbres jardins achetant un billet à l’avance pour se retrouver devant des portes d’entrée grandes ouvertes ! N’est-ce pas tromper le visiteur ?

Au téléphone, c’est pire. [6] On nous indique que l’ensemble du « Domaine de Marie-Antoinette » est accessible sauf le Petit Trianon qui est en travaux. On ne nous indique pas que les jardins sont gratuits ni que les fabriques et « autres accès inédits » sont clos. Insistant, on nous informe, après un temps d’attente pour que la personne aille elle-même se renseigner, que le Théâtre de la Reine ne se visite qu’en visite-conférence... payante.

Par mail, c’est la même chose. Avec la patience en plus car il faut attendre environ 15 jours pour avoir une réponse ! Là encore, on vous répond que le « Domaine de Marie-Antoinette est actuellement ouvert et payant » sans du tout vous signaler que les jardins sont gratuits. On vous informe juste qu’en basse saison, vous ne verrez que l’extérieur des fabriques. On vous confirme que le Théâtre de la Reine n’est visible qu’en « visites thématiques » sur réservation à 14€50.

Sur place, en se rendant au Grand Trianon, qu’on nous a indiqué comme l’entrée du « Domaine de Marie-Antoinette », il faut insister à la caisse pour comprendre que le billet n’est valable que pour le Grand Trianon. Ensuite, on se promène dans les jardins du Trianon, non sans plaisir, à admirer les fabriques, ferme, hameau, peut-être plus beau et romantique qu’en haute saison avec ses couleurs hivernales et le dessin des arbres effeuillés qui font encore plus ressortir le charme étrange des lieux.

UNE DÉSINFORMATION VOLONTAIRE
A l’Office de Tourisme de Versailles qui ne conseille pas, nous a-t-on dit, à la basse saison la visite du « Domaine de Marie-Antoinette » comme s’il n’y avait rien à y voir, on ne fait que suivre la ligne définie par l’établissement public.

Dans la plaquette conçue par le Château et distribuée en plusieurs langues [7], on retrouve la liste des éléments du « Domaine de Marie-Antoinette » visitables en haute saison. Là où il y a désinformation manifestement volontaire c’est que la plupart le sont tout autant en basse saison. Seulement, le visiteur ignorant des lieux ne peut le supposer à la lecture de cette phrase des plus elliptiques : « Jardins du Petit Trianon ouverts à la promenade toute la journée ». Tous les éléments listés en haute saison font pourtant bien partie de ces mêmes jardins. La seule différence, c’est qu’en basse saison ils sont gratuits d’accès et que seuls quelques uns ne sont pas visibles intérieurement comme en haute saison. Et encore, pour certains, cela ne fait pas grande différence puisque largement vitrés.

JPG - 60.9 ko
Plan d’orientation 2007-2008 Domaines de Versailles et de Marie-Antoinette

Le fait de taire volontairement la présence dans les jardins de tous ces éléments largement accessibles en basse saison - comme nous le montrons sur les photos qui suivent - est un procédé douteux. Où est donc le respect du public ? Un déficit d’information qui tourne à la désinformation.

DES FINS COMMERCIALES
Tout ceci confirme suffisamment que l’unique raison qui présida à la création de ce « Domaine de Marie-Antoinette » était bien d’ordre commercial, contrairement à tout ce qui avait pu être dit.

Les deux arguments principaux avancés alors par la direction font aujourd’hui la démonstration de leur totale inanité.

L’un était la soudaine nécessité de préserver le site. Il fallait, en clôturant le domaine, le protéger du comportement parfois néfaste des visiteurs [8]. Pourquoi alors le re-livrer aux visiteurs librement durant cinq mois ?! C’est pour le moins incohérent. Et d’autant plus inefficace que c’est en le rendant payant le reste du temps et en faisant la promotion publicitaire, que se sont accrus les risques de dégradation, le domaine ayant vu sa fréquentation augmenter officiellement de 46% d’une année sur l’autre [9].

L’autre argument de la direction était la volonté de mieux faire connaître cette partie du domaine de Versailles ignorée d’une grande partie de ses visiteurs. Alors, comment expliquer que l’information soit aussi incomplète pour les cinq mois de la basse saison !? Et pourquoi le rétablissement provisoire de la liberté d’accès à ces jardins n’a pas bénéficié de la même publicité que le lancement payant du « Domaine de Marie-Antoinette » ? Pourquoi est-elle restée si confidentielle alors que les lieux étaient plus protégés qu’en haute saison puisque les fabriques avaient toutes portes closes ?

La stratégie est claire, il s’agit d’attirer le public en haute saison quand l’entrée du site est payante. Parmi le personnel, personne n’est dupe, tous vous le diront. On est donc loin, très loin de la mission de service au public attendu d’un établissement national et public aussi symbolique que Versailles. Signe de plus d’une certaine dérive marchande du plus beau site historique de France et du monde.

QU’EN PENSENT-ILS ?
Le 27 février, nous avons adressé un courrier à Jean-Jacques Aillagon, président du domaine national de Versailles pour lui faire état du contenu de notre article et pour lui demander de maintenir, au-delà du mois de mars, la gratuité d’accès des jardins du Trianon, toute la journée, d’autant que le Petit Trianon ne sera pas visitable avant juillet 2008.

De la même façon, nous avons interpellé les candidats aux élections municipales de Versailles afin de faire connaître aux Versaillais leur position sur le sujet puisque nombre d’entre eux apprécient de se promener depuis toujours, ou de faire leur jogging, dans cette partie du parc. Pour lire les réponses des candidats, appuyez ici.

ENVOYEZ UM MESSAGE DE PROTESTATION
Nous vous proposons d’envoyer un message de protestation à la présidence du Château de Versailles en cliquant sur le mail suivant (actualisé depuis la prise de fonction de Catherine Pégard, en octobre 2011) presidence@chateauversailles.fr

Vous pouvez aussi faire un copier du texte ci-dessous pour le coller dans le corps de votre mail, ou vous en inspirer :

Madame la Présidente,
Je vous demande de rétablir la gratuité d’accès aux jardins de Trianon, toute l’année et toute la journée, pour le bénéfice de tous.
Je vous prie, d’agréer, Madame la Présidente, mes salutations distinguées.

Si vous obtenez une réponse, n’hésitez pas à nous la transmettre au mail suivant info@louvrepourtous.fr

24.02.2008 | SUIVEZ LE GUIDE
Survolez à l’aide de votre souris les photos prises au « Domaine de Marie-Antoinette » en basse saison afin de faire apparaître les mêmes lieux en haute saison.


Le Hameau de la Reine © Louvre pour tous

Le Hameau de la Reine - En basse saison, les neufs maisonnées du Hameau sont tout aussi accessibles et visibles qu’en haute saison. C’est sans conteste l’ensemble le plus significatif du Domaine.


La Laiterie de propreté du hameau © Louvre pour tous

La Laiterie de Propreté - La Laiterie de propreté est la seule fabrique du Hameau dont une porte est ouverte en haute saison, où, depuis le seuil, on peut voir ses marbres intérieurs datant... de Napoléon.


La Ferme du Hameau © Louvre pour tous

La Ferme du Hameau - La Ferme du Hameau est tout aussi accessible et visible en basse et haute saison avec ses animaux et sa vigne sans origine historique plantée à des fins commerciales.


Le jardin anglais © Louvre pour tous

Le Jardin anglais - Le Jardin anglais est tout aussi accessible et visible en basse et haute saison.


Le Temple de l’Amour © Louvre pour tous

Le Temple de l’Amour - Le Temple de l’Amour est tout aussi accessible et visible en basse et haute saison.


Le Belvédère © Louvre pour tous

Le Belvédère - Le Belvédère est tout aussi accessible et visible en basse et haute saison, à la différence près qu’en haute saison, une porte ouverte permet de s’avancer sur le seuil, arrêté par une rambarde, pour mieux admirer sa décoration intérieure.


La Grotte © Louvre pour tous

La Grotte - Il n’est possible de pénétrer dans la Grotte qu’en haute saison. Cet endroit minuscule est chargé d’émotion historique puisque, selon la légende, Marie-Antoinette s’y reposait quand elle dut quitter précipitemment Trianon le 5 octobre 1789 à l’annonce de l’arrivée du peuple parisien sur Versailles.


Le Théâtre de la Reine © Louvre pour tous

Le Théâtre de la Reine - Il n’est possible qu’en haute saison d’entrer dans le petit hall du Théâtre de la Reine et au seuil de la salle de théâtre, arrêté par une rambarde, d’en admirer l’intérieur. Sa visite réelle est possible en basse et haute saison en visite-conférence payante.


Le Pavillon français © Louvre pour tous

Le Pavillon français - Le Pavillon Français, datant de Louis XV, est tout aussi accessible et visible en basse et haute saison, à la différence près qu’en haute saison, la première année, une porte ouverte permettait de s’avancer sur le seuil, arrêté par une rambarde, pour mieux admirer sa décoration intérieure. En 2011, ce n’est plus le cas. La seule possibilité, c’est de jeter un oeil à travers les vitres, quand les volets en sont pas fermés.


La Chapelle © Louvre pour tous

La Chapelle - En haute saison, l’intérieur de la Chapelle a été visible au départ depuis le balcon supérieur puis depuis le rez-de-chaussée.

:: Louvre pour tous | 24/02/2008 | 20:11 |

© Louvre pour tous / Interdiction de reproduction sans l'autorisation de son auteur, à l'exception des textes officiels ou sauf mention expresse

RETOUR HAUT DE PAGE

EN COMPLÉMENT



VOS COMMENTAIRES


LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé dans le respect des lois et règlements en vigueur et du droit des personnes.



NOTES

[1] Haute saison, d’avril à octobre : 18 ans et plus > 9 € / 2 h avant la fermeture > 5 € / ouvert de 12h à 19h

[2] Lire à ce sujet notre article « Versailles lance le pack Marie-Antoinette »

[3] Basse saison, de novembre à mars : 18 ans et plus > 5 € / ouvert de 12h à 17h30

[4] Chapelle, Grotte, Belvédère, Pavillon français, Laiterie de propreté. En réalité, il s’agit essentiellement de la possibilité d’y jeter un oeil depuis le seuil.

[5] www.chateauversailles.fr

[6] Nous avons fait deux fois l’expérience à plusieurs jours d’intervalle. Nous avons eu en ligne deux personnes différentes qui nous ont tenu le même discours. Nous ne mettons absolument pas en cause les compétences professionnelles de ces deux salariés qui, manifestement, donnaient les renseignements qu’ils avaient.

[7] Accessibles sur internet par téléchargement

[8] C’est notamment l’argument de Pierre Arrizoli-Clementel, Directeur général du château de Versailles : « L’ouverture du domaine de Marie-Antoinette a été nécessité par la fin de la restauration du jardin anglais du Petit Trianon entreprise après la tempête de 1999 (...) et qui a coûté plus de quatre ans de travail. Cet ensemble célèbre est devenu très fragile et il a fallu en organiser la visite couplée avec celle des bâtiments, eux aussi fragiles et ouverts à la visite pendant la haute saison... » in LA TRIBUNE DE L’ART | 12.04.07

[9] Rapport d’activité 2006 de l’Établissement public du musée et du domaine national de Versailles, p.190. Chiffre à relativiser puisque sa comptabilité ne doit pas prendre en compte les promeneurs des jardins alors gratuits qui ne visitaient pas nécessairement le Petit Trianon délivrant des billets payants. Au sujet de la surveillance du Domaine, pour y être allé plusieurs fois durant la haute saison, hormis le personnel à l’accueil du site, nous n’avons constaté la présence d’aucun gardien affecté à la surveillance des jardins, ni des fabriques « ouvertes », hormis le Théâtre.



RECHERCHER DANS TOUT LE SITE

Version imprimable de cet article Version imprimable

PAR LE FONDATEUR DE LOUVRE POUR TOUS





UNE CITATION, DES CITATIONS
« En France, on travaille dans le service public, en Amérique, on travaille pour le public » Nathalie Bondil, directrice du Musée des beaux-arts de Montréal, TÉLÉRAMA | 14.09.16
d'autres citations [...]