LOUVRE POUR TOUS

Accueil > Infos pratiques > Des initiatives tarifaires

Le musée de l’Air s’envole vers la gratuité

Bernard Hasquenoph |

Louvre pour tous | 31/01/2009 | 18:49 |


Prolongeant l’expérimentation de 2008, le musée de l’Air et de l’Espace a décidé d’appliquer la gratuité totale pour ses collections permanentes tout en gardant payantes ses animations

JPG - 9.3 ko
© DR

31.01.09 | « ALLER AU-DELÀ du voeu du président de la République d’ouvrir gratuitement les musées aux moins de vingt cinq ans » en l’accordant à tous, c’est le pas franchi par le musée de l’Air et de l’Espace de Paris-Le Bourget, en Seine Saint-Denis [1].

En 2008, ce musée national dépendant du ministère de la Défense avait fait partie des quatorze établissements choisis par le ministère de la Culture pour tester la gratuité totale durant six mois. Devant le succès de l’opération, notant une augmentation de 37% par rapport à l’année 2007 et pas loin de 50% par rapport à 2006 [2], le Conseil d’administration de cet EPA réuni le 21 janvier dernier [3] a décidé d’appliquer le principe de gratuité pour ses collections permanentes tout en poursuivant la rénovation du musée et programmant l’ouverture pour la fin d’année d’un espace dédié aux enfants.

Il est intéressant de noter que, plus qu’une augmentation de sa fréquentation, le musée a constaté, durant l’expérimentation, une nette diversification de son public. 66% des visiteurs venaient pour la première fois, étant « assez peu familiers des musées et plus généralement des pratiques culturelles », quand 40% étaient issus « des classes populaires ». Cet extraordinaire résultat qui vient contredire les conclusions globales du ministère de la Culture doit être tempéré par le fait que le musée de l’Air, de par sa nature, draine un public plus populaire que d’autres établissements, notamment les musées d’Art [4].

Si le musée de l’Air et de l’Espace fait le pari de la gratuité, c’est qu’il juge le modèle, pour son établissement, économiquement viable. Durant le test de six mois, le musée avait relevé parallèlement à l’augmentation de sa fréquentation celle de la consommation de ses « prestations supplémentaires payantes ». C’est tout l’attrait d’un tel musée. Outre ses collections de plus de 350 machines volantes exposées dans des hangars - « ballons, avions, engins spatiaux, tous authentiques » - il propose des animations très attrayantes pour le public : visites de l’intérieur d’avions comme le Concorde, Boeing 747, avions de chasse avec des professionnels (pilotes de ligne, de chasse, mécaniciens etc.), participation à une mission de parachutage le 6 juin 1944 à bord d’un Dakota de l’US Air Force, séances de planétarium, pilotage à bord de simulateurs de vol, etc.

La politique culturelle dynamique du musée de l’Air et de l’Espace correspond aux recommandations des études publiées sur la gratuité des musées [5], à savoir que pour toucher un large public et assurer ainsi sa mission de démocratisation, le libre accès doit s’accompagner d’événements et d’animations qui rendent vivant le musée perçu parfois comme un univers pesant et mort [6].

Si l’on créait la palme du musée citoyen, celui de l’Air et de l’Espace pourrait la revendiquer pour avoir également lancé, en novembre 2008, des chantiers d’insertion dénommés « Les ailes de la ville ». Profitant à deux groupes dans l’année de 15 personnes en difficulté résidant en Seine-Saint-Denis, l’un vise à la construction d’un aéronef, l’autre à la restauration d’un hydravion. Ces chantiers de formation et de professionnalisation s’adressent autant aux hommes qu’aux femmes, valides ou handicapés, la plupart ayant connu l’échec scolaire. Un hangar tout neuf leur est consacré [7]. Une raison de plus pour saluer un musée national aussi engagé.

 :: MUSÉE DE L’AIR ET DE L’ESPACE ::

D’AUTRES VIDÉOS SUR LOUVREPOURTOUS TV

:: Bernard Hasquenoph |

:: Louvre pour tous | 31/01/2009 | 18:49 |

© Louvre pour tous / Interdiction de reproduction sans l'autorisation de son auteur, à l'exception des textes officiels ou sauf mention expresse

RETOUR HAUT DE PAGE

EN COMPLÉMENT

INFORMATIONS PRATIQUES
Musée de l’Air et de l’Espace
Aéroport de Paris-Le Bourget
- A moins de 10 min de Paris en voiture : sortie la Porte de la Chapelle ou Porte de la Villette
- Bus : Lignes 350 et 152, arrêt Musée de l’Air et de l’Espace
- Métro : ligne 7, station La Courneuve puis bus 152
- RER B (arrêt « Gare du Bourget », puis bus 152)
Ouvert de 10 heures à 17 heures (18 heures d’avril à septembre)
tous les jours sauf le lundi, le 25 décembre et le 1er janvier
www.museedelair.org

TARIFS DE QUELQUES ANIMATIONS
Prix par personne
Forfait Avions : Tarif Adulte : 6 € / Tarif -18 ans : 4 €
(Entrée dans le Boeing 747, le Dakota et les deux Concorde)
Planétarium : Tarif Adulte : 5 € / Tarif -18 ans : 3 €



VOS COMMENTAIRES


LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé dans le respect des lois et règlements en vigueur et du droit des personnes.



NOTES

[1] Nos informations proviennent du site Internet du musée, du dossier de sa conférence de presse annuelle du 13.01.09 et de son communiqué « Gratuité pour les musées : essai transformé au Musée de l’Air et de l’Espace de Paris-Le Bourget, gratuit en 2009 ! »

[2] Le musée de l’Air et de l’Espace a accueilli 274 678 visiteurs en 2008, 200 989 en 2007, 186 903 en 2006.

[3] Comme le château de Versailles ou le Louvre, le musée de l’Air et de l’Espace, depuis 1994, est un Établissement public à caractère administratif (EPA), statut qui lui confère l’autonomie financière.

[4] Le musée de l’Air indique que « ce sont 80% de nos visiteurs qui appartiennent aux classes populaires et moyennes. »

[5] L’étude sur l’expérimentation de la gratuité totale des musées confiée au cabinet Public & Culture n’a jamais été rendue publique par le ministère de la Culture. Peut-être parce que ses conclusions ne collaient pas avec le discours officiel. Cependant, d’autres études existent, notamment « La gratuité des musées et des monuments côté publics » par le Département des études, de la prospective et des statistiques / Ministère de la Culture et de la Communication, étude dirigée par Anne Gombault, Editions La Documentation française | 2006.

[6] Il est évident que les musées scientifiques ou technologiques ont plus de facilités à organiser de l’événementiel et des animations ludiques que les musées d’Art ou d’Histoire.

[7] Opération co-financée par le Fonds européen de développement régional « FEDER » et du Département de la Seine-Saint-Denis.



RECHERCHER DANS TOUT LE SITE

Version imprimable de cet article Version imprimable

PAR LE FONDATEUR DE LOUVRE POUR TOUS





UNE CITATION, DES CITATIONS
« En France, on travaille dans le service public, en Amérique, on travaille pour le public » Nathalie Bondil, directrice du Musée des beaux-arts de Montréal, TÉLÉRAMA | 14.09.16
d'autres citations [...]