LOUVRE POUR TOUS

Accueil > Musées > Centre Pompidou

Lettre ouverte des conservateurs du Centre Pompidou à Frédéric Mitterrand

Louvre pour tous | 10/12/2009 | 11:20 |



JPG - 31 ko
Grève au Centre Pompidou
© Bernard Hasquenoph

10.12.09 | LE 23 NOVEMBRE, le personnel du Centre Pompidou, BPI comprise, entrait en grève pour protester contre les suppressions de postes entraînées par la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP) qui concernent tous les établissements publics (musées, monuments, établissements d’enseignement supérieur, archéologie...). À l’appel de l’Intersyndicale du ministère de la Culture (CFDT CFTC CGT FO FSU SUD UNSA), d’autres musées et monuments suivirent le mouvement, protestant aussi contre les restrictions budgétaires et l’article 52 de la loi de finances 2010 qui autorise le transfert sans aucun contrôle des monuments nationaux aux collectivités territoriales. Comme un appel au secours, le 26 novembre, fait rare dans leur profession, 21 conservateurs du Musée national d’art moderne du Centre Pompidou adressaient une lettre ouverte au ministre de la Culture pour marquer leur inquiétude. Le 2 décembre, une rencontre des syndicats avec le ministre n’a pas permis de régler le conflit, des représentants se faisant évacuer violemment du ministère deux jours plus tard. Les partis de gauche soutiennent tous le mouvement et des groupes Facebook se sont constitués pour soutenir les grévistes, du Centre Pompidou et du Louvre. Parmi les établissements en grève, le musée du Louvre, le musée d’Orsay, les musées des Arts décoratifs, le musée d’archéologie de Saint-Germain en Laye, le domaine de Versailles, l’Arc de Triomphe, la Conciergerie, la Sainte Chapelle, les Tours de Notre-Dame à Paris, le Château de Comtal à Carcassonne, le Château de Pau, le Château de Compiègne. etc.

JPG - 87.5 ko
Flash-mob devant le Centre Pompidou en soutien à la grève | 09.12.09 © DR

Lettre ouverte des conservateurs du Musée national d’art moderne du Centre Pompidou à Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication

Monsieur le Ministre,

Comme vous le savez, le Musée national d’art moderne, département fondateur du Centre Pompidou, est une institution muséale mondialement connue et sans équivalent en Europe par l’abondance et la diversité de ses collections d’art moderne et contemporain (peinture, sculpture, art graphique, photographie, architecture, design, film, nouveaux médias, livre).

En outre, depuis maintenant 33 ans, les expositions temporaires que le Musée organise font référence aussi bien pour le public spécialisé que pour le grand public (à titre d’exemple, rappelons que la dernière exposition de Kandinsky au Centre a accueilli 700 000 visiteurs en 2009).

Par ailleurs, le Musée national d’art moderne prête chaque année en moyenne près de 3 000 œuvres dans le monde entier et ses partenaires sont les plus importantes institutions muséales mondiales, mais également les musées en régions en France, où les dépôts permanents de ses collections sont effectués. Ainsi, en mai prochain, s’ouvrira le Centre Pompidou-Metz avec un prêt massif de plus de 500 œuvres de la Collection.

Mais aujourd’hui, comme de nombreux établissements culturels français dans le cadre de la réforme de l’Etat, le Centre Pompidou, cet outil de la scène culturelle française unique en son genre pour son interdisciplinarité, est menacé. En effet, l’application de la RGPP au Centre Pompidou aurait assurément des conséquences catastrophiques sur son fonctionnement car 44% de son personnel partira à la retraite dans les 10 prochaines années. Plus de deux cents emplois disparaîtraient par l’application des règles de la RGPP, ce qui explique le mouvement de grève actuel.

Vous le savez aussi, Monsieur le Ministre, la subvention de fonctionnement du centre Pompidou (compte tenu des maigres augmentations associées aux gels et mises en réserve) n’a pas permis de faire face à l’augmentation générale des coûts. Or, dans le même temps, les frais fixes mais aussi les frais relatifs aux expositions (valeurs d’assurances des œuvres, transports…) ont explosé, réduisant considérablement nos capacités d’action.

D’autre part, le budget d’acquisition des œuvres s’est effondré depuis 2006, reculant de près de 30% au moment où les prix de l’art moderne et contemporain flambaient.

Désormais le simple fonctionnement du Musée national d’art moderne au Centre Pompidou, même recentré sur ses missions essentielles, est en jeu. Si les emplois ne sont pas sauvegardés et si la subvention n’est pas réévaluée, le Musée national d’art moderne devra réduire le nombre et l’importance de ses expositions, restreindre ses prêts, ralentir considérablement sa participation à la vie culturelle nationale et internationale dont il est pour l’art moderne et contemporain l’un des acteurs essentiels.

Cela, nous en sommes convaincus, vous ne le voulez pas.

 :: Lettre signée par 21 conservateurs du Musée national d’art moderne | 26.11.09

Lire aussi « Centre Pompidou, qu’es-tu donc devenu ? »

:: Louvre pour tous | 10/12/2009 | 11:20 |

© Louvre pour tous / Interdiction de reproduction sans l'autorisation de son auteur, à l'exception des textes officiels ou sauf mention expresse

RETOUR HAUT DE PAGE

EN COMPLÉMENT



VOS COMMENTAIRES


LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé dans le respect des lois et règlements en vigueur et du droit des personnes.



NOTES



RECHERCHER DANS TOUT LE SITE

Version imprimable de cet article Version imprimable

PAR LE FONDATEUR DE LOUVRE POUR TOUS


EN LIEN




UNE CITATION, DES CITATIONS
« En France, on travaille dans le service public, en Amérique, on travaille pour le public » Nathalie Bondil, directrice du Musée des beaux-arts de Montréal, TÉLÉRAMA | 14.09.16
d'autres citations [...]