LOUVRE POUR TOUS

Accueil > Musées > Musée d’Orsay > No photo au musée d’Orsay

Le musée d’Orsay (n’)autorise (pas) la visite en petite culotte

Bernard Hasquenoph |

Louvre pour tous | 9/01/2012 | 21:11 | 8 commentaires


Une publicité de la marque de lingerie Etam, tournée au musée d’Orsay, montre trois jeunes femmes s’exhibant en petite tenue au milieu des visiteurs. Un faux vrai happening forcément autorisé par le musée qui, dans le même temps, interdit toute photo dans ses collections. A quand une action de protestation en petites culottes ? Rejoignez-nous sur Facebook...

19.01.12 | Cet article a fait l’objet d’un droit de réponse de Monsieur Guy Cogeval, président du Musée d’Orsay. Il est consultable ici

« Le public imagine mal que de telles images aient pu être tournées sans le consentement préalable du musée ni le versement d’une contrepartie financière. Or ce n’est pas du tout le cas. » Une porte-parole du musée d’Orsay, AFP | 10.01.12

10.01.12 | CORRECTIF - La directrice de la communication du Musée d’Orsay, interrogée dans Libération, fait savoir ce soir qu’aucune autorisation n’avait été délivrée pour ce tournage. Dont acte. Le service juridique du musée préparerait « une lettre pour protester officiellement auprès de la marque de lingerie, et envisage de déposer une plainte ». Si tel est le cas, nous présentons donc nos excuses aux responsables du musée de les avoir cru complices d’une telle opération. Cependant, nous restons perplexe devant une action qui, dans la vidéo, ne rencontre aucune résistance de personne. La ou plus vraisemblablement les personnes qui filment ne se voient à aucun moment signifier (merci à Marc, voir commentaire) qu’il est interdit de le faire au même titre que de faire des photos quand, dans les vrais happenings OrsayCommons auxquels nous avons participé pour protester contre cette interdiction, on n’avait à peine le temps de tendre notre appareil photo, qu’aussitôt on nous tombait dessus de tous côtés. Peut-être un problème de sous-effectif parmi les agents de surveillance. La responsable du musée d’Orsay affirme encore que ces jeunes mannequins « ont toute de suite été repérées » et qu’« un conservateur leur a dit de se rhabiller ». On ignorait qu’il entrait dans les attributions d’un conservateur de maintenir l’ordre dans un musée. Enfin, « l’établissement entend ne pas « laisser une marque s’approprier le musée d’Orsay pour une opération de communication » ». On se demande bien alors pourquoi le musée d’Orsay loue depuis des mois sa façade côté Seine à des marques de prêt-à-porter ?  :: Bernard Hasquenoph, 19h23

JPG - 23.1 ko
Capture d’écran ©DR

09.01.12 | PRESQUE DEUX ANS que le musée d’Orsay interdit la photo à ses visiteurs venus du monde entier malgré les plaintes qui ne cessent de s’empiler sur son livre d’or en ligne, que ce soit en français ou en anglais ; malgré les nombreuses prises de position de professionnels comme Henri Loyrette, président du Louvre, Bernard Stiegler philosophe et directeur de l’Institut de recherche et d’innovation (IRI) du Centre Pompidou, les chercheurs et professeurs d’Université André Gunthert, Jean-Michel Tobelem ou Serge Chaumier... La Fédération Française des Sociétés d’Amis de Musées (FFSAM) a été jusqu’à voter une résolution en faveur de la photo au musée. Plusieurs avocats et juristes ont démontré l’inanité d’une telle interdiction. Nous avons participé à plusieurs actions sauvages bon enfant avec le groupe informel OrsayCommons pour transgresser l’interdit, rencontrant de plus en plus d’agressivité de la part du personnel - jamais des visiteurs - avec comme seule réaction de la direction, un silence assourdissant. Direction qui, dans son dernier rapport d’activité, parle de « nuisance » pour qualifier la photo au musée, obstacle à une « contemplation sereine » des oeuvres.

Plusieurs mois également que le musée d’Orsay autorise des publicités géantes à s’afficher sur sa façade côté Seine, parasitant la vision d’un monument historique. Dans le respect de l’image du musée et pour la bonne cause, parait-il, puisque les recettes participent à la rénovation saluée d’une partie de ses salles d’exposition, destinée à mieux présenter les oeuvres mais surtout à accueillir toujours plus de monde comme l’espère son président Guy Cogeval. A noter qu’en revanche rien n’a été fait pour réorganiser l’accueil, d’où depuis la réouverture en fanfare - Nous avons revu Orsay, tout est à revoir -, des files d’attente interminables sur le parvis du musée, ce dont commencent à se plaindre les visiteurs, même ceux ayant cru acheter un billet coupe-file en payant par Internet.

Si l’implication du musée d’Orsay est confirmée ici, côté voracité et prêt-à-tout pour engranger des recettes, là, il est allé très loin, comme jamais aucun musée n’aura osé le faire. A côté, la pub Dior au Château de Versailles, c’est de l’art. Car on ne voit pas comment le film ci-dessous signé d’une entreprise mondiale comme Etam aurait pu être réalisé sans autorisation (d’autant que d’autres vidéos du même genre ont été tournées à la Tour Eiffel ou dans un magasin Fnac).

Chacun appréciera le bon goût de cette action qui se donne de faux airs de happening sans que personne ne s’y oppose. Et il faudra qu’on nous explique en quoi cette publicité respecte l’image du lieu. Pendant ce temps, le musée d’Orsay, sur sa page Facebook et sur son compte Twitter se donne de grands airs en citant Oscar Wilde en marge de son exposition Beauté, morale et volupté. On croit rêver. Rejoignez-nous sur Facebook pour de prochaines actions OrsayCommons... en petites culottes ?

Le musée d’Orsay aurait-il eu gain de cause ?
La vidéo a disparu d’Internet fin mars 2012, contrairement aux autres vidéos de la campagne Etam.

A LIRE AUSSI
- Femmes-objets et lieux publics par Jean-Noël Lafargue
- L’art n’a pas de prix (mais le musée d’Orsay doit boucler son budget) par André Gunthert
- 3 grâces à Orsay... par Serge Chaumier

:: Bernard Hasquenoph |

:: Louvre pour tous | 9/01/2012 | 21:11 | 8 commentaires

© Louvre pour tous / Interdiction de reproduction sans l'autorisation de son auteur, à l'exception des textes officiels ou sauf mention expresse

RETOUR HAUT DE PAGE

EN COMPLÉMENT



VOS COMMENTAIRES


27.01.2012 | Hermy |

Le Louvre va-t-il être touché aussi par l’interdiction de photographier ? En effet notamment dans les expositions « Les musées sont des mondes » et « Les dessins français de la collction Mariette » cette interdiction commence à être appliquée ? Un premier pas pour l’interdire ailleurs ? Comment manifester à la direction des musées que ces mesures restrictives sont inadmissibles ?

Bernard Hasquenoph / Louvre pour tous, le 28/01/2012, à 15:24 |

Merci Hermy pour votre message mais ces interdictions concernant des expositions temporaires, au Louvre comme dans les autres musées, n’est pas une nouveauté. C’est même l’usage partout que cela soit justifié ou non concernant des oeuvres du domaine public. A ma connaissance, cela ne remet pas en cause l’autorisation photo dans les collections permanentes du Louvre, d’autant que son président Henri Loyrette, il n’y a pas longtemps dans une interview, s’est positionné très clairement en partisan de la photo au musée. Pour les dessins, c’est un peu différent. De supports très fragiles, leur exposition, qu’elle soit temporaire ou permanente, s’accompagne systématiquement d’une interdiction photo, pour éviter tout risque lié au flash. Mais, vous avez raison, restons vigilant.


18.01.2012 | balzac58 |

@ Marc : On peut relever une faute d’orthographe, je l’ai fait, mais ce qui serait bien, ce serait d’expliquer cette faute, afin que son auteur ne la renouvelle pas... Cela s’appelle LA PEDAGOGIE ! Si vous n’êtes pas choqué par les erreurs (il paraît qu’on doit remplacer « fautes » par cet euphémisme) du Ministère de la Culture, libre à vous... En ce qui me concerne, elles me choquent profondément, pour le manque de correction à l’égard des lecteurs, par rapport à la fonction de ce Ministère, et parce que ce site bourré d’erreurs fonctionne avec l’argent de NOS impôts, ce qui n’est pas le cas de Louvre pour tous !


18.01.2012 | Bernard Hasquenoph / Louvre pour tous |

Marc, dans le commentaire ci-dessus, faisait allusion très finement à cet autre article publié sur notre site « Pour le ministère de la Culture Jeanne d’Arc est un homme ».


18.01.2012 | Marc |

Jeanne d’Arc né à Domrémy ? Les personnes qui filment ne se voient à aucun moment SIGNIFIéS qu’il est interdit de le faire. Un balai pour le seuil de votre porte ? Une poutre ou une paille ?

Bernard Hasquenoph / Louvre pour tous, le 18/01/2012, à 19:27 |

Mais, cher Marc, nous vous engageons aussitôt comme correcteur si vous acceptez de travailler pour nous bénévolement car nous n’avons hélas pas vraiment les mêmes moyens que le ministère de la Culture, ni le même devoir d’exemplarité. Cherchez dans tous nos articles, vous aurez sans doute plaisir à trouver beaucoup d’autres fautes car, hélas, nous le reconnaissons, correcteur n’est pas notre métier. Ni journaliste d’ailleurs. En tout cas, merci à vous de faire avancer le débat par ce commentaire d’une rare profondeur, signe sans doute d’un grande intelligence.


11.01.2012 | Aude MATHEY | http://www.culture-communication.fr

Ok pour OrsayCommons en petite culotte, mais cet été alors ! ;) Ce qui est flagrant dans cet événement est que cela souligne d’autant l’inanité de la politique du musée d’Orsay en ce qui concerne la photographie. Le happening aurait pu être très intéressant si intelligemment pensé (les demoiselles posant ou imitant des oeuvres exposées)...


9.01.2012 | JA | http://www.jocelyne-artigue.fr

Bonsoir, si c’est vrai c’est énorme a bientôt JA


LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé dans le respect des lois et règlements en vigueur et du droit des personnes.



NOTES



RECHERCHER DANS TOUT LE SITE

Version imprimable de cet article Version imprimable

PAR LE FONDATEUR DE LOUVRE POUR TOUS





UNE CITATION, DES CITATIONS
« En France, on travaille dans le service public, en Amérique, on travaille pour le public » Nathalie Bondil, directrice du Musée des beaux-arts de Montréal, TÉLÉRAMA | 14.09.16
d'autres citations [...]