LOUVRE POUR TOUS

Accueil > Musées > Ville de Paris

Roland-Garros : des serres d’Auteuil seront bien détruites

Bernard Hasquenoph | Louvre pour tous | 5/02/2012 | 00:16 | 10 commentaires


Contrairement à des informations qui circulent depuis un article trompeur du Figaro, dix des serres du Jardin d’Auteuil seront bien détruites, pour laisser place à un court de tennis de 5000 places, menace pour l’intégrité paysagère et botanique d’un site classé monument historique.


« Les bâtiments administratifs de la Porte d’Auteuil, une fois libérés, constitueraient avec les serres attenantes un ensemble architectural admirable, qui pourrait être transformé en lieu culturel dont la vocation serait de valoriser le savoir-faire horticole de la Capitale, grâce à des animations organisées tout au long de l’année. » Inspection Générale de la Ville de Paris, Audit organisationnel de la direction des parcs, jardins et espaces verts (D.P.J.E.V.), décembre 2005

JPG - 46.1 ko
Serre d’Auteuil ©BH

05.02.12, actualisé dans la journée | SI L’ON N’AVAIT aucun scrupule, on aurait titré cet article « LES serres d’Auteuil... » de manière aussi ambigüe que l’a fait Le Figaro dans un article paru vendredi - « Roland-Garros : les serres d’Auteuil vont être épargnées » - laissant entendre qu’aucunes des serres du Jardin botanique d’Auteuil ne seraient détruites, ce qui est absolument faux. L’info a aussitôt circulé - sur Europe 1, France 3, sur des blogs comme Neuilly Journal qui titre « Projet Roland-Garros : les serres d’Auteuil sont sauvées !‎ » - comme si le combat des opposants à ce projet de privatisation d’un espace public parisien avait abouti. On en est loin.

Les serres historiques conçues à la fin du XIXe par Jean Camille Formigé ne peuvent pas êtres « épargnées » puisqu’il n’a jamais été question de les détruire. En revanche, il est bien toujours d’actualité d’éliminer à proximité les 10 serres chaudes construites dans les années 1980 selon la mairie, en 1905 selon l’élu Vert Yves Contassot, qui « bénéficient des techniques les plus modernes en matière d’aération et brumisation automatique » comme le vante le site Internet de la Ville de Paris mais ravalées au rang de « serres en plastique (...) qui sont moches comme tout » par son maire Bertrand Delanoë [1]. Ces serres contiennent pourtant d’importantes collections botaniques parmi lesquelles orchidées, bégonias ou fougères tropicales [2]. L’extension de Roland-Garros prévoit également la destruction des bâtiments techniques adjacents ainsi que l’abattage de quelques 25 arbres, dont plusieurs dits « remarquables » selon un classement administratif de la Ville de Paris qui leur « permet d’entrer au panthéon du patrimoine naturel, culturel ou paysager ». Effectivement. Ceci pour édifier un court de tennis de 4950 places appelé déjà le court des Serres et qui, en dehors des tournois, devra accueiller des manifestations sportives et culturelles. Semi enterré mais haut de 8 mètres au-dessus du sol, il sera certes entouré de serres contemporaines mais celles-ci, telles qu’elles sont prévues, ne répondront pas « aux caractéristiques techniques pour recevoir des plantes fragiles » selon la plus haute instance internationale de protection du patrimoine et du paysage, l’ICOMOS-IFLA, qui a qualifié cet élément de « cache-misère décoratif ». C’est dire.

Les serres chaudes actuelles ne sont pas seulement des aires cultivées mais aussi des espaces de plaisir et d’éducation pour le public puisque, comme les serres Formigé, elles sont accessibles tous les jours gratuitement à la visite, l’ensemble faisant l’objet d’explications grâce à la présence de nombreux panneaux, ce que fait mine d’ignorer Anne Hidalgo, première adjointe au maire, chargée de l’urbanisme et de l’architecture, qui a prétendu, dans une tribune publiée dans Le Monde en février 2011, que les futures « serres, ainsi embellies, seront accessibles à tous les amoureux de Paris, ou plus simplement de la beauté et de la nature, qui voudront en profiter librement. Il semble que cela indispose le comité de soutien des serres d’Auteuil qui préfère jouir des trésors à huis clos... ». De la même façon qu’elle a déclaré en novembre 2010, rapporté par Le Parisien : « Les serres qui vont disparaître ne sont pas classées. Ce sont des locaux techniques qui n’étaient pas accessibles au public ». Or, les serres, y compris les chaudes, sont bien ouvertes au public tous les jours de 9h00 à 16h45.

JPG - 171.5 ko
A gauche, le projet avec le nouveau court / A droite, actuellement ©DR

Que les serres chaudes soient détruites par le projet de modernisation de Roland-Garros, il n’y a aucun doute, et les plantes qui y sont actuellement cultivées dispersées entre de futures serres inadaptées et le parc floral de Vincennes. Pour en avoir la confirmation, il suffit de se reporter au compte-rendu des réunions de concertation du 17 et 24 janvier dernier organisées par la Fédération Française de Tennis (FFT). Il n’y a aucun renoncement sur ce point, seule est concédée une « réduction de l’emprise du tournoi qui ne concernera finalement pas le carré principal des Serres de Formigé », ce qui signifie seulement que, durant le tournoi, cet espace ne sera pas privatisé.

Les spectateurs de Roland-Garros traverseront l’allée entre les bâtiments de meulière (qui abritaient la direction des parcs et jardins de Paris) concédés par Paris le temps du tournoi à la FFT, qui reliera le court central situé de de l’autre côté de l’avenue Gordon Bennett, elle-même privatisée, au nouveau court des Serres. Jacques Perret, missionné par la FFT pour l’étude d’impact, l’a expliqué à la réunion du 17 janvier, précisant qu’« il n’y aura pas de passage possible pour les spectateurs entre l’aire réservée pour Roland Garros et le Jardin des Serres (Formigé) qui restera comme il est actuellement ». Lors de cette même réunion, Gilbert Ysern, directeur général de la FFT, confirma que « la limite du périmètre du stade Roland Garros, même pendant les trois semaines du tournoi, exclura la partie centrale du Jardin des Serres ». Voilà en quoi ces serres historiques seront « épargnées ». De la foule des spectateurs qui n’y passeront pas, ce qui est déjà un mieux mais les serres chaudes seront bien détruites et le site bien annexé par Roland-Garros. Fondamentalement, rien ne change.

JPG - 193.2 ko
Les serres chaudes d’Auteuil © Bernard Hasquenoph

C’est pourquoi les nombreuses associations qui s’opposaient au projet dès le départ s’y opposent toujours et la bataille juridique ne fait que commencer comme le rapporte Le Parisien [3]. De la même façon que la plus haute instance internationale de protection du patrimoine et du paysage, l’ICOMOS-IFLA, rattachée à l’UNESCO, s’y est déclarée opposée, après une visite des lieux en décembre dernier , estimant notamment que le Jardin botanique des Serres d’Auteuil, inscrit dans sa totalité au titre des monuments historiques, était « menacé dans son intégrité paysagère et botanique » [4]. Avis superbement ignoré tant par la Ville de Paris que par la FFT qui ont préféré de loin celui de la Commission supérieure des sites qui réunie, le 15 décembre, se déclara favorable au projet, grâce au vote unanime des représentants de l’Etat et de la Ville contre les 8 voix sur 9 des personnalités dîtes qualifiées. Qualifiées surtout pour faire office de plantes vertes.

:: Bernard Hasquenoph | Louvre pour tous | 5/02/2012 | 00:16 | 10 commentaires

© Louvre pour tous / Interdiction de reproduction sans l'autorisation de son auteur, à l'exception des textes officiels ou sauf mention expresse

RETOUR HAUT DE PAGE

EN COMPLÉMENT

LES SERRES CHAUDES ET TEMPÉRÉES
Source : www.paris.fr

"Elles bénéficient des techniques les plus modernes en matière d’aération et brumisation automatique pour permettre aux fragiles orchidées, broméliacées, pépéromiacées, bégonias, hibiscus, plantes insectivores et fougères tropicales... de croitre et prospérer. Les serres totalisent plus de 5000 plantes de genres, espèces, variétés différents. Bégonias du continent africain, américain où asiatique... exubérants, veloutés, multicolores. Fougères en « cornes d’élans », sur troncs où en touffes moussues qui croissent à une température de 20° et un taux d’hygrométrie de 90%.
Passionnés par les végétaux, les jardiniers municipaux veillent jalousement sur leurs protégées. « Jardinier ça ne s’improvise pas. Si on veut avoir la main verte il faut aimer les plantes ». Passionnés par les végétaux, les jardiniers municipaux veillent jalousement sur leurs protégées. « Jardinier ça ne s’improvise pas. Si on veut avoir la main verte il faut aimer les plantes »."


VOS COMMENTAIRES

Luc Martin-Siegfried, le 11/12/2013, à 17:26 |

On ne peut pas laisser dénaturer les serres et le parc qui constituent un tout. En outre, Il est plus que probable que le projet actuel n’est qu’une première étape et que les espaces pour l’instant épargnés seront grignotés au fil des années, compte tenu de l’appétit de la FFT et de la complaisance (le mot est faible)des élus et des responsables de la ville de Paris. Stériliser de précieux hectares en zone urbaine pour 3 semaines d’utilisation par an est tout sauf optimal sur le plan de l’urbanisme.


André Breton, le 15/02/2013, à 19:55 |

Un contre projet particulièrement intéressant a été présenté prévoyant notamment une couverture partielle de l’autoroute A13. D’une part cette proposition épargnerait toute atteinte au véritable trésor végétal - classé au patrimoine et ouvert à tous - des serres d’Auteuil ; mais d’autre part, ce recouvrement de l’autoroute, identique techniquement au recouvrement du périphérique que l’on observe à Dauphine ou actuellement en cours de réalisation dans le 13ème, constituerait un enrichissement patrimonial pour la ville de Paris, en restituant un espace à vivre sans gêner nullement la circulation automobile et en supprimant les sérieuses nuisances visuelles et sonores de ce qui constitue actuellement une véritable verrue autoroutière à ciel ouvert. Ce projet a été chiffré précisément et coûterait 25 millions d’euro - attention : 25 millions d’euro versés intégralement à des entreprises françaises, et générant des emplois et profits exclusivement en France, donc sans perte pour l’économie de la nation. Ces 25 millions d’euro représente 7%, soit une broutille, du coût actuel de l’opération évalué désormais tout à fait officiellement à 340 millions d’euro (sans compter les inévitables dépassements à prévoir). Et pourtant, cette moindre concession au patrimoine écologique et culturel a été repoussée par les promoteurs du projet (Fédération de Tennis et ville de Paris). Certainement pour la raison que m’avait confiée avec grande candeur l’agent administratif en charge du projet : « vous comprenez, mon cher Monsieur, couvrir un peu d’autoroute, cela revient tout de même plus cher, c’est moins rentable, que de construire sur un espace vert, même unique et classé » (véridique !). Soutenez le projet alternatif, défendez les serres d’Auteuil et son patrimoine végétal public, classé et irremplaçable : http://www.petitions24.net/serresdauteuil et http://www.petitions24.net/a/10505


Fadette, le 3/09/2012, à 11:57 |

Bonjour, Où en est la défense des serres à sauvegarder ? Je comptais aller voir un camphrier mais ma recherche a abouti sur cet avatar : la destruction de plusieurs serres qui, après lecture, ont fait l’objet de restauration à raison de 2,5 millions d’euros. Gaspillage, manquement aux principes moraux régissant l’inscription de lieux au patrimoine, indifférence, recherche de profit pour un sport élitiste contre la protection et l’inventaire des essences de France et d’ailleurs. La science, le savoir, la connaissance de l’écosystème, tout cela ne pèse, semble-t-il, pas lourd. La Mairie de Paris a-t-elle donné son point de vue ? Merci

Bernard Hasquenoph / Louvre pour tous, le 3/09/2012, à 17:18 |

La Mairie de Paris n’a pas infléchi sa décision. D’autres infos ici sur le site de La Tribune de l’Art http://www.latribunedelart.com/paris-serres-d-auteuil_mot3176.html
Cordialement


JD, le 8/06/2012, à 11:52 |

Le dernier message publié, semblant vouloir concilier l’inconciliable, m’incite à écrire sur ce sujet qui me tient beaucoup à coeur. Certes, les projets d’Haussmann, en leur temps ont connu des oppositions et ils ont modifié radicalement la capitale. Mais les enjeux n’avaient rien à voir avec le projet d’extension de Roland-Garros, et une telle référence ne peut éclairer la question qui nous occupe. Paris souffre d’asphyxie, dans tous les sens du terme. Les parcs et jardins, dès qu’il fait beau, sont envahis, tant les gens sont avides de respirer un peu mieux, d’admirer et de profiter de la beauté des arbres, des plantes. C’est une compensation nécessaire au bruit, au stress, à une architecture contemporaine souvent laide et déshumanisante. Les espaces verts parisiens sont des biens publics, appartenant à tous les citoyens et dont ils peuvent tous jouir. Quelle « raison » est invoquée dans la destruction programmée et l’altération d’un patrimoine commun et classé, au mépris des lois qui le protègent pour son intérêt historique et sa beauté toujours actuelle ? L’extension d’un tournoi, certes prestigieux, mais réservé à un public particulier, de plus en plus lié à l’argent, qui occupe l’espace ainsi spolié pour quelques semaines par an. La plupart des citoyens ne veulent plus de ces diktats d’hommes politiques qu’ils ont élus, qui trahissent leur mission dans l’ignorance et le mépris des voix qui cherchent à se faire entendre, et qui ne les représentent plus. La démocratie exige d’autres méthodes et des arbitrages plus soucieux de l’intérêt général. D’autres solutions existaient pour développer Roland-Garros, si les seuls objectifs étaient l’extension du tournoi et le développement économique dans l’intérêt du plus grand nombre. L’alternative n’était pas l’empiètement sur les serres d’Auteuil ou rien. L’est parisien, pressenti, aurait sans doute bénéficié d’un choix plus éclairé. On a construit un stade de France en Seine Saint Denis. Le tennis est-il réservé à un public digne seulement du seizième arrondissement et des sites parisiens les plus beaux ? Faire croire que c’était la seule solution, c’est réduire la pensée et la possibilité d’agir à bien peu, et dissimuler de puissants intérêts qui agissent pour leur propre bien. Moi aussi je choisis mon camp, pour répondre au message précédent. Je vous remercie de publier le mien, pour l’équilibre des arguments.


Xavier, le 4/06/2012, à 15:16 |

Je connais bien le lieu , j’y suis souvent allé lorsque j’étais étudiant au Lycée Claude Bernard. J’aime aussi beaucoup cet endroit, de façon un peu égoïste je dois dire. Pour prendre des décisions saines et qui ménagent les nostalgies , le futur de nos enfants , les emplois ... Il faut répondre à plusieurs questions :
- Combien de visites pas an (pas beaucoup je crois),
- Combien d’emplois sur le site ? Combien sur le futur site ?
- Comment faire partager , grâce au nouveau projet , ce site (serre anciennes si belles ) à beaucoup plus de personnes ?
- Après le Tournois , une belle salle pour pratiquer d’autres sports et des concerts pour les jeunes ... C’est du business certes mais il ne faut pas oublier que c’est le business qui donne des emplois ...
- Si Haussmann n’avait pas rasé certains vieux bâtiments qui plaisaient beaucoup à l’époque aux gens qui y logeaient , si on n’avait pas construit la Gare d’Orsay , le Louvre ... Combien de beaux espaces en moins pour Paris , combien de rayonnement en moins pour Paris ? combien de touristes et d’emplois en moins ???
- Le Tennis est un beau sport (il faut prendre cet aspect en compte dans toute analyse) , la France a des traditions , cela aussi il faut le respecter (je ne joue pas au tennis).
- Ce qu’il faut faire c’est imposer des normes de qualité, à la hauteur de la beauté du patrimoine concédé à la FFT . Il faut fabriquer de belles serres annexes insérées entre les courts , il faut conserver l’âme du lieu , il faut demander à la FFT de communiquer mondialement sur le botanique , de cultiver son jardin, de faire découvrir la botanique à des millions de jeunes . Cela rapporte certes moins que certains partenaires mais il faut les y obliger. Et puis si on s’y prend bien je ne suis pas certain que cela ne soit pas rentable de communiquer sur les plantes quand on est la FFT. (La FF de cyclisme communique beaucoup sur le patrimoine de la France pour son plus grand intérêt !).Il faut demander aux partenaires de la FFT de faire la promo du tournois en incluant un pourcentage de communication sur la botanique , il faut leur demander de sponsoriser une ou deux chairs de botaniques dans les universités parisiennes, dans les universités d’architecture et dans les écoles de business (si fameuses à la CCI) , de faire une fondation pour la protection des espèces rares. Si Roland Garros oriente sa communication sur la botanique , les jardins ... Beaucoup de nouveaux sponsors vont venir et cela donnera de Paris une image verte au monde entier , des gens qui auront vus le tournois à Paris vont venir visiter la grande serre ...(Sans cette communication le joyau ne profite qu’à quelques parisiens du 16 eme). Il faut organiser les conventions d’entreprises autour des thématiques botaniques , il y a tant à apprendre du génie de plantes ...Les plantes savent survivre en période de crise , elles s’adaptent et si le sol devient pauvre , elles deviennent carnivores ... je suis certain que les organisateurs de séminaires seraient très satisfaits d’utiliser le modèle végétal et sa diversité en allégorie de leurs théories de business . Tant de choses à faire et à négocier en contre partie d’un partage du site de la porte d’Auteuil, d’une évolution de ce merveilleux site .
- Ne soyons pas égoïstes et conservateurs , c’est tellement facile de se laisser aller en grinchant sans penser aux générations qui viennent ...Paris doit être « Renaissante » dans le respect de sa tradition , c’est un objectif ambitieux mais qui vaut la peine !
- Il faut négocier ce qui est négociable et qui donne du sens au projet . Il faut être créatif tout le monde y gagnera. Et pourtant j’aime beaucoup ce site mais il faut rester moderne , il faut aller de l’avant , il ne faut pas faire de concession à la pédagogie , à la qualité du cahier des charges. Ce sont autant de points que la ville de Paris ou la FFT doivent pouvoir entendre . Parce que dire non non non !!! , dire il ne faut rien changer , il faut continuer de payer (qui paie ?) pour quelques privilégier par an qui viennent sur le site, ce n’est pas possible et cela ne construit pas le futur. C’est difficile de partager, c’est difficile d’être ambitieux , c’est difficile d’intégrer toutes les dimensions d’un projet , c’est difficile de se projeter dans le futur ... Pourtant il faut essayer , il faut penser à nos enfants et à tous ceux du monde par millions qui vont regarder dans leur petit écran (sur leur téléphone !) le tournois de Tennis à Paris avec de belles serres , une culture (si j’ose) de la botanique associée à l’esthétique d’un revers , du plaisir de la compétition entre jeunes de tous les pays du monde. Une belle Image.
- Mesdames , Messieurs de la FFT , élus de Paris , soyez ambitieux , faites de très belles nouvelles serres et répondez moi sur ce blog , dites que vous allez vous aussi essayer de sortir de la boite logique du projet , créer des liens vers la société civile , les écoles , demandez à la CCI et à ses business school de faire des business case sur le site ! impliquez les ! Créez des emplois , des concepts , du beau , des nouvelles serres qui seront toujours belles dans 2 siècles (choix des matériaux) faites que l’on parle 100 fois plus de botanique grâce à la porte d’Auteuil et Roland Garros, créez des blogs de discussion, Allez chercher les prix Nobel de botanique pour qu’ils donnent de l’ambition à votre projet de partage de ce beau lieu (Ils ne demandent que ça de vous aider , de nous aider à construire ensemble).
- Partage entre d’un côté La botanique , le poumon vert , l’espace , la tradition et de l’autre la jeunesse , les concerts , le sport , le Tennis au plus haut niveau. Soyez justes et votre projet emportera l’adhésion de tous , soyez créatifs et généreux , impliquez vous ... le lieu en vaut la peine. Ce sont les idées qui génèrent les emplois , le conservatisme et le manque d’ambition qui tuent des emplois en France. Choisissez votre Camp. J’aime ce lieu et beaucoup l’aiment. Je suis juste un citoyen, ni politique ni joueur de Tennis !


Paris, le 29/05/2012, à 18:19 |

Le mode de vie des auteurs de cet article et de ces commentaires respecte-t-il les idées avancées ? (pas de construction en dur, ni utilisation de plastique, ni de transport polluant etc etc...) Il est beau de défendre de telles causes nobles, mais encore plus beau d’avoir trouvé démocratiquement un consensus satisfaisant la majorité du peuple. Rappel : les autres projets auraient eu un impact bien plus important sur l’environnement (créant ceci-dit par ailleurs plus d’emplois...), et ne rien faire aurait par contre conforté encore plus le déclin latent de notre pays avec la suppression simple de ce tournoi A rappeler aussi que nombre d’amateurs de tennis défendent l’environnement. Ce n’est pas très sympa de mettre les gens dans des petites cases ! Un parisien qui a vécu un peu partout dans le monde


Hasards2003, le 16/04/2012, à 16:33 |

C’est proprement scandaleux ; le profit plutôt que le patrimoine culturel, l’intérêt au détriment de l’historique et de notre environnement.

Le Maire de Paris qui parle d’environnement durable devrait préciser quel type d’environnement. On va encore servir des intérêts privés en les finançant avec l’argent des contribuables, comme pour les banques qui nous ont mises dans la situation économique actuelle et, qui osent demander de l’aide (en créant le fond de soutient banquaire FSB avec nos deniers).

Je me demande ce l’on peut faire ; ne peut on interpeller la Direction du Patrimoine et le Ministère de l’Environnement ?!?, pour sauvegarder ces arbres et les serres. Porter plainte pour atteinte à l’environnement ?!?.


Faaxaal, le 29/03/2012, à 23:25 | http://www.faaxaal.over-blog.com

Passionné de nature, je trouve inadmissible de détruire ou tout de moins de dénaturer ce lieu. J’y ai passé de nombreuses heures à observer et photographier des plantes que je ne pourrais jamais observer dans la nature. Le personnel était toujours disponible pour répondre à mes questions (il fallait parfois les chercher un peu). Chaque fois aue j’ai demandé à visiter les serres qui étaient fermées pour cause de fragilité des plantes qu’elles renfermaient, j’ai pu le faire même si parfois il m’a fallu attendre un peu.

Bref, vous l’aurez compris je suis contre la destruction de ces serres et contre l’abattage des arbres « remarquables ».


Lise Bloch-Morhange, le 20/02/2012, à 18:29 | http://www.sauvonslesserresdauteuil.com

Bonjour à vous, et merci de votre soutien. Une précision : la Ville de Paris et la FFT se proposent de détruire 14 serres dans le jardin botanique dont chaque cm du sol est inscrit à l’inventaire depuis 1998 : les 5 serres de travail datant de 2003 construites pour 2,5 millions d’euros donc flambant neuves, et 9 serres chaudes dont le soubassement et les couloirs sont d’origine et qui ont été modernisées (double vitrage, système de brumisation, rideaux extérieurs tombant automatiquement en fonction de la chaleur extérieure)pour en faire un ensemble botanique unique à Paris, contenant quelque 10 000 plantes tropicales et subtropicales. Lise Bloch-Morhange Porte-parole du Comité de soutien des serres d’Auteuil www.sauvonslesserresdauteuil.com


LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé dans le respect des lois et règlements en vigueur et du droit des personnes.


NOTES

[1] Lors du chat vidéo sur paris.fr le 16.12.11, vers 51,30 / Les serres chaudes ont bénéficié de travaux de restauration ces dernières années pour 2,5 millions d’euros (Comptes et légendes de Paris de Dominique Foing, éd. Denoël, 2011) / La datation des années 1980 pour leur construction est contestée par l’élu Vert Yves Contassot qui affirme qu’elles ont été construites en 1905 et réhabilitées à partir de 1978 (Conseil municipal 24.12.10 et 11 & 12.07.11).

[2] Collections des serres chaudes d’Auteuil : Orchidées tempérées, Orchidées tropicales, Broméliacées, Pépéromias Hoyas, Crotons, Cordylines, Aglaonemas, Dieffenbachias, Aracées, Caladiums, Bégonias rex, Gesnériacées, Sanaévières, Bégonias espèces types, Hybrides de bégonias, Fougères tropicales, Plantes carnivores.

[3] les Vieilles Maisons Françaises (V.M.F.), Société pour la Protection des Paysages et l’Esthétique de la France (S.P.P.E.F.), France Nature Environnement (F.N.E), Ile de France Environnement (I.D.F.E.), Comité de soutien des Serres d’Auteuil, Comité de Défense du Sport de Proximité (D.S.P), Association de la Plateforme d’associations parisiennes d’habitants, Coordination pour la Sauvegarde du Bois de Boulogne et de ses abords, Collectif Auteuil-les-Princes pour la défense des espaces verts et sportifs de proximité (C.A.P), S.O.S. Paris, Association pour la Sauvegarde et la Mise en Valeur du Paris Historique, Association du quartier du Parc des Princes (A.P.P.), Sauvegarde Auteuil-Bois de Boulogne (S.A.-B.B.), XVIe Demain, XVIe pour Tous, Paris16 Info, Cité 16, Sauvegarde Boulogne Paris lesPrinces (A.S.B.P.P.), Boulogne Patrimoine.

[4] Le Jardin fleuriste municipal (nom historique du site) est bien inscrit à l’inventaire des monuments historiques, pas seulement les serres Formigé mais également « le sol du jardin dans ses limites actuelles » par arrêté du 1er septembre 1998.



RECHERCHER DANS TOUT LE SITE

Version imprimable de cet article Version imprimable



SOUTENEZ NOTRE DÉVELOPPEMENT LOUVRE POUR TOUS AGRÉÉ J'AIME L'INFO

UNE CITATION, DES CITATIONS
« Pour les expositions à la gloire d’un parfum, d’un bijoutier ou d’un marchand de sacs, je suis désolé, il faudra aller voir ailleurs. » Alain Seban, président du Centre Pompidou, voeux au personnel | 21.01.14
d'autres citations [...]
piedlouvrepourtous
contact presse i credits i mentions legales
Copyright © Louvre pour tous 2008/2014 Tous droits réservés