LOUVRE POUR TOUS

Accueil > Musées > Domaine de Versailles > Versailles contemporain > Veilhan Versailles

Voir Veilhan Versailles avant l’heure

Louvre pour tous |

Bernard Hasquenoph | 7/09/2009 | 13:42 |


Avant même le début de l’exposition qui s’annonce prometteuse, la presse publie des photos de simulation, passant sous silence le blog accompagnant son éclosion tandis que le Château bunkerise sa communication... à la soviétique

JPG - 46.3 ko
Une de Beaux-Arts, sept. 2009 © DR

07.09.09 | LE MAGAZINE BEAUX-ARTS de septembre l’a décrété : l’exposition VEILHAN VERSAILLES « s’annonce comme l’événement de la rentrée ». Le mensuel l’a même mis en Une, avec une photo de la sculpture in situ qui accueillera le visiteur dès la cour d’Honneur du château, un carrosse violet tiré par plusieurs chevaux traité à la façon Veilhan, en tôle pliée et soudée.

L’exposition ne devant débuter que le 13 septembre et l’oeuvre n’étant pas encore en place et peut-être même pas finie à l’heure du bouclage, c’est évidemment un photomontage et une simulation 3D, ce qu’indique ensuite le magazine. En pages intérieures, l’article consacré à la visite de l’artiste dans son atelier « juste avant le vernissage » est illustré pareillement de simulations d’oeuvres à venir, photos non créditées alors qu’elles ont bien été créées par quelqu’un, en l’occurence Vincent Germond et l’agence Enzyme Design pour la 3D, qui réalise, pour l’occasion, plusieurs des pièces en dur de Veilhan. Ces projections font probablement partie du process de l’artiste dont les créations virtuelles sont ensuite confiées à divers professionnels, une centaine ici. Pour Versailles, elles ont servi de support pour la recherche en mécénat en vue de financer leur fabrication. Bizarre traitement de l’information pour un magazine spécialisé. Et plutôt cocasse le télescopage, avec l’enquête du mois - du reste passionnante - consacrée au « faux dans l’art ».

Le même magazine, décidément adepte de l’art virtuel, avait déjà mis en vente, l’année dernière, à l’occasion de l’événement JEFF KOONS VERSAILLES, un hors-série spécial sans aucune photo des oeuvres en situation mais uniquement des simulations, alors plutôt grossières, sorties tout droit du Studio Jeff Koons. Sans même le mentionner. Au diable la déontologie.

Mais, attention, ça n’est en rien une spécialité maison d’un magazine au demeurant très plaisant puisque la photo du homard rouge suspendu sous les lambris dorés de Versailles qu’on a pu voir dans tous les journaux l’année dernière et qui fit s’évanouir S.A.R. le prince de Bourbon-Parme, était aussi un montage.

C’EST LA NOUVELLE TENDANCE
Cette année, avec VEILHAN VERSAILLES, la pratique s’étend. On en imagine bien la raison. Uniquement économique sur fond de concurrence impitoyable entre sociétés de presse. Impossible pour l’une d’elles de repousser le sujet à dans un mois, au risque d’être hors jeu et de passer pour un blaireau. On retrouve ces mêmes photos de simulations partout...

JPG - 58.8 ko
Claude Parent / VEILHAN VERSAILLES © Bernard Hasquenoph

Mais cette fois, c’est ART PRESS qui a le privilège de sortir une édition spéciale. La revue de l’art contemporain a mis en kiosque dès ce mois-ci un supplément bilingue sur l’événement, « conçu en collaboration avec l’artiste et son équipe » et financé par les partenaires de l’exposition. Avec la même Une que BEAUX-ARTS, il est illustré, dans ses 34 pages intérieures, de ces mêmes « images de simulation » comme chaque légende le précise, créditées ici convenablement. On imagine que ce numéro à l’intéressant contenu rédactionnel sera en vente au-delà de septembre. Dommage de n’avoir pas attendu un mois.

Ainsi, par le truchement de ces évocations parfaitement maîtrisées techniquement et superbement réussies, on peut voir partout l’exposition avant même que celle-ci n’existe. Mais ce ne sont qu’illusions car, dans la réalité, il en sera forcément autrement. On se souvient de certaines sculptures de JEFF KOONS VERSAILLES mises sous cloche, pour des questions d’assurance avait dit Aillagon, ce qui gênait la vue et les coupait du décor où elles étaient censées s’intégrer. A l’avenir, sous ce genre de clichés, il faudrait penser à rajouter comme pour un plat surgelé : « photo non contractuelle ».

Mais le pire est, qu’un événement chassant l’autre, au nom de la sacro-sainte nouveauté, il n’est pas sûr que tous ces magazines pourtant spécialisées en art consacrent un jour un reportage aux oeuvres réelles de Veilhan dans le cadre réel de Versailles. Que l’avenir nous fasse mentir.

LE BLOG WORK IN PROGRESS
Si ces journaux donnent tous la parole à l’artiste qui s’explique longuement, avec intelligence et finesse, sur son appréhension et son excitation à exposer dans le cadre prestigieux et quelque peu écrasant de Versailles [1], pas un n’évoque le blog mis en ligne depuis début août, parallèlement à l’exposition.

JPG - 64.2 ko
Jean Nouvel / VEILHAN VERSAILLES © Bernard Hasquenoph

Intégré au site Internet officiel de VEILHAN VERSAILLES à la très belle interface bleu roi [2], c’est le bloc-note plein de fraîcheur de Virginie Marielle, jeune diplômée du California College of Art de San Francisco, chargée de suivre, en textes et en images, l’élaboration de l’exposition.

Assistante de Veilhan sur un précédent projet à la fin duquel elle lui a offert un petit livre souvenirs, c’est ce qui a donné l’idée à l’artiste de lui proposer de le suivre sur l’aventure Versailles de cette façon-là. Le Château a donné son accord en janvier 2009.

Nous avons été assez critique l’année dernière avec la stratégie Internet de JEFF KOONS VERSAILLES pour y voir de la substance et reconnaître là une initiative intéressante, pour l’instant totalement passée inaperçue dans les médias classiques mais remarquées par plusieurs internautes. En réalité, l’expérience aurait dû démarrer beaucoup plus tôt. Il y a plusieurs mois, un blog était déjà en ligne avant que sa conceptrice ne le stoppe brutalement, contrainte et forcée selon son propre aveux. Et à sa grande déception. On devine là le poids du Château qui entendait sans doute contrôler au maximum la communication autour de l’événement. Tellement que la modération des commentaires sur le blog en ligne tourne déjà à la censure. Il n’y en a aucun. Pour preuve mon gentil message laissé il y a plusieurs jours et toujours pas publié :

[Rajouté le 08.09.09] Oh ! mon commentaire vient d’être validé et j’ai une réponse rassurante et personnalisée de Virginie Marielle : à lire ici ou ci-dessous :

COMMUNICATION À LA SOVIÉTIQUE
Que l’Art contemporain s’immisce au Château de Versailles n’a pour nous rien de choquant - bien au contraire - s’il n’y avait une certaine contradiction avec les missions de l’établissement. Comment ne pas s’interroger à constater l’ampleur de l’argent dépensé pour ces événements - VEILHAN VERSAILLES : 1,4 M€ pour la production + 600 000€ pour l’installation [3] - quand tant de projets de restauration sont en rade ? Vouloir faire venir toujours plus de monde à Versailles est-il seulement réaliste quand l’établissement n’est même pas capable de faire face aux millions de visiteurs qui s’y pressent chaque année !

Que le Château utilise l’Art contemporain comme vecteur de communication, c’est une évidence dont même Veilhan est conscient. A la surprenante question de PARIS MATCH qu’on imaginait moins subversif - « N’avez-vous pas l’impression de servir d’alibi pour une vaste opération de communication ? » - l’artiste répond avec franchise : « Je ne suis pas dupe, mais cette commande est quand même très excitante... » [4].

JPG - 39.5 ko
Renzo Piano / VEILHAN VERSAILLES © Bernard Hasquenoph

Qu’il soit instrumentalisé par le Château n’est pas un problème si tant est qu’il préserve sa liberté d’artiste ce qui semble être le cas, ce qui est ridicule et effarant, c’est le degré de bunkerisation de l’information comme on l’a vu l’année dernière et qui semble aujourd’hui se répéter.

On se souvient de la grande censure que l’établissement avait imposée dans ses murs avec JEFF KOONS VERSAILLES : consigne de silence à ses salariés ce que depuis plusieurs nous ont confirmé, ordre donné aux guides indépendants de ne pas critiquer l’exposition sous peine d’interdiction d’exercer comme l’avait révélé le CANARD ENCHAÎNÉ, fermeture d’un espace participatif sur Internet devant des messages hostiles, refus de mettre à disposition du public un livre d’or comme cela se pratique généralement... Ambiance Union Soviétique ou plus moderne, Chine populaire.

Mais le plus fort, c’est l’intox sur les chiffres de fréquentation donnés en fin d’expo Koons, destinés à faire croire au triomphe de l’événement : près d’un million de visiteurs dixit le Château. Ce qui était totatement bidon comme nous l’avons montré dans notre article « 100 000 visiteurs pour Jeff Koons Versailles » puisqu’il s’agissait en fait du nombre des visiteurs ayant visiter le domaine, château et jardins, durant cette période. Nuance. L’exposition gratuite insérée dans le circuit général du château ne faisant l’objet d’aucune billetterie particulière, cela rendait impossible de distinguer les visiteurs venus pour l’occasion de ceux qui étaient venus pour Versailles et qui seraient venus de toutes façons.

Durant la période, il a seulement été noté une hausse de 15% de visiteurs, ce qui n’est pas énorme et pas inhabituelle là-bas comme variation quand on consulte les courbes de fréquentation. Comme nous aimons à le dire, le chiffre d’1 million de visiteurs donné par la direction du château de Versailles était aussi crédible que celui qu’on attribuerait à une exposition se déroulant dans une station de métro.

JPG - 66.3 ko
VEILHAN VERSAILLES © Bernard Hasquenoph

Persistant dans son gros bobard que les médias continuent de répercuter sans se poser aucune question - merci l’AFP -, le dossier de presse de la conférence annuelle de Jean-Jacques Aillagon le 23 janvier 2009 va jusqu’à parler de « succès populaire ». Le dossier de presse de VEILHAN VERSAILLES parle, lui, de « succès mondial ». Propagande à la soviétique.

Laurent Le Bon, le commissaire de ces expositions d’Art contemporain au Château, n’est pas en reste. Dans le supplément d’ART PRESS, il déclare : « Des critiques ont été portées sur cette exposition, parfois rapides et superficielles ; mais finalement, le public, qui connaissait mal l’oeuvre de Jeff Koons, a répondu présent avec près d’un million de visiteurs, sans aucune hostilité ». Vive Mao !

S’il y a eu succès, il fut uniquement médiatique. La bête se nourrit d’elle-même : « plus de 1300 articles de presse française, 500 articles de presse étrangère, 90 sujets télé et 90 sujets radio, plus de 300 journalistes présents » [5]. N’en jetez plus. Pour le Château, c’est tout ce qui compte. Le public n’a qu’à prendre ce qu’on lui donne. En l’occurence, c’est très beau. Happy VEILHAN VERSAILLES à tous !

:: Louvre pour tous |

:: Bernard Hasquenoph | 7/09/2009 | 13:42 |

© Louvre pour tous / Interdiction de reproduction sans l'autorisation de son auteur, à l'exception des textes officiels ou sauf mention expresse

RETOUR HAUT DE PAGE

EN COMPLÉMENT

DIAPORAMA VEILHAN VERSAILLES - LES ARCHITECTES
Le 6 septembre, nous avons eu la chance de découvrir la série des Architectes déjà en place dans les jardins. C’est franchement très réussi. D’une sobriété et d’une gravité qui se marient parfaitement au cadre de Versailles, les socles vides permettant une intégration harmonieuse au site. De la majesté, de la hauteur et du sens dans ce lieu voué entièrement à l’Architecture. Et les visiteurs se les approprient déjà en se prenant en photo avec. Réflexion entendue : « C’est qui tous ces gens en sculpture, des mécènes ? ».

VEILHAN VERSAILLES
Tout Veilhan Versailles : tarifs, horaires, accès, infos



VOS COMMENTAIRES


LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé dans le respect des lois et règlements en vigueur et du droit des personnes.



NOTES

[1] A signaler aussi le portrait que Roxana Azimi consacre à Xavier Veilhan dans le JOURNAL DES ARTS N°308 | 04.09.09 et la longue interview que l’artiste a accordé à Yan Céh cet été dans BLAST en ligne ici.

[2] La réalisation du site Internet officiel de VEILHAN VERSAILLES - www.veilhan-versailles.com a été confiée au STUDIO HTTP qui a travaillé pas mal pour SONY.

[3] A la charge de Château de Versailles Spectacles, société organisatrice de l’exposition, filiale du Château présidée par J.-J. Aillagon et dirigée par Laurent Brunner, soit le double de Koons l’année dernière. « La recette de Xavier Veilhan pour occuper le château de Versailles » par Harry Bellet, LE MONDE | 06-07.09.09.

[4] « Xavier Veilhan, roi de Versailles » par Elisabeth Couturier, PARIS MATCH n°3146 | du 3 au 9.09.09.

[5] Liste citée dans le dossier de mécénat VEILHAN VERSAILLES.



RECHERCHER DANS TOUT LE SITE

Version imprimable de cet article Version imprimable

PAR LE FONDATEUR DE LOUVRE POUR TOUS


EN LIEN




UNE CITATION, DES CITATIONS
« En France, on travaille dans le service public, en Amérique, on travaille pour le public » Nathalie Bondil, directrice du Musée des beaux-arts de Montréal, TÉLÉRAMA | 14.09.16
d'autres citations [...]