LOUVRE POUR TOUS

Accueil > Musées > Domaine de Versailles > Jardins de Versailles

Versailles - Jean-Jacques Aillagon nous répond... à côté ?

Bernard Hasquenoph |

Louvre pour tous | 18/05/2009 | 21:16 |



JPG - 6.9 ko
Dans les jardins du Grand Trianon
© Louvre pour tous

18.05.09 | POUR INFORMATION, nous publions ci-dessous le mail reçu de M. Aillagon en réponse à notre tribune « Le Versailles qu’on nous propose ». Nous n’y donnerons pas suite spécialement, cessant pour un temps notre partie de ping-pong avec le président du château de Versailles qui a certainement mieux à faire. Si nous saluons la décision de M. Aillagon de mettre fin au montage des gradins près du Bassin de Neptune, il nous semble cependant qu’il ne répond que très peu à notre argumentaire, pour ne pas dire pas du tout. Mais à chacun de se faire son jugement et d’en penser ce qu’il veut. N’hésitez pas à y réagir en nous envoyant un mail que nous publierons si vous le souhaitez.
Quant à la phrase de conclusion, certes très belle, il suffit d’aller visiter le British Museum, à Londres, pratiquant la gratuité d’accès à ses collections, pour se rendre compte qu’il ne tombe pas franchement en ruine... Pas plus que les musées parisiens ou le jardin du Luxembourg. Mais nous n’en sommes pas à demander le libre accès à l’ensemble du domaine de Versailles, juste à ses jardins.

MAIL REçU DE JEAN-JACQUES AILLAGON LE 18.05.09 :

Cher Monsieur,

Je lis votre mail attentivement. Même si je n’en partage pas les conclusions, j’en apprécie parfois la sincérité des arguments.

Il me plairait simplement de vous redire :

1/ que le parti pris de mise en place de disgracieuses barrières « Vauban » dans le jardin pour distinguer entre le public « payant » et la public « gratuit » n’est pas admissible. Cette installation dégradait gravement l’aspect du jardin pendant plusieurs mois.

2/ que j’applique le même souci de conservation à la question des gradins dont la présence dans le jardin me paraît également inadmissible. J’ai annoncé qu’après remboursement de cet équipement acheté en leasing, il ne serait plus remonté. Il n’y aura donc plus de gradins sur Neptune à partir de 2011.

3/ que la pratique de droits d’entrée ne relève pas d’un mercantilisme condamnable. Elle est la conséquence de la nécessité d’affecter à l’entretien du patrimoine public et au développement de ses activités des moyens suffisants. Ces moyens viennent, selon le modèle politique et économique qu’on se propose, ou des visiteurs, ou de la subvention publique, ou des deux. Cette dernière formule caractérise la situation française, étant entendu que de nombreuses catégories de visiteurs bénéficient de gratuités. L’Etablissement public du musée et du domaine national de Versailles est dans une situation particulière puisqu’il ne reçoit pas de subvention de fonctionnement (à part, depuis cette année, la compensation de la gratuité nouvelle pour les 18-25 ans...).

Je crains que votre rêve de gratuité universelle signifierait le funeste déclin des monuments et de leur activité.

Amicalement.

Jean-Jacques Aillagon


M. Aillagon fournit un argumentaire plus complet dans le face à face virtuel imaginé par le blog monversailles.com


JPG - 13.5 ko
Hameau de la Reine, Versailles © Louvre pour tous

- LIRE « LE VERSAILLES QU’ON NOUS PROPOSE » > cliquez ici
- SIGNER LA PÉTITION > cliquez ici
- TÉLÉCHARGER LE TRACT D’INFORMATION > cliquez ici
- VOS RÉACTIONS & COMMENTAIRES > cliquez ici

:: Bernard Hasquenoph |

:: Louvre pour tous | 18/05/2009 | 21:16 |

© Louvre pour tous / Interdiction de reproduction sans l'autorisation de son auteur, à l'exception des textes officiels ou sauf mention expresse

RETOUR HAUT DE PAGE

EN COMPLÉMENT



VOS COMMENTAIRES


LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé dans le respect des lois et règlements en vigueur et du droit des personnes.



NOTES



RECHERCHER DANS TOUT LE SITE

Version imprimable de cet article Version imprimable

PAR LE FONDATEUR DE LOUVRE POUR TOUS


EN LIEN




UNE CITATION, DES CITATIONS
« En France, on travaille dans le service public, en Amérique, on travaille pour le public » Nathalie Bondil, directrice du Musée des beaux-arts de Montréal, TÉLÉRAMA | 14.09.16
d'autres citations [...]