LOUVRE POUR TOUS

Accueil > Musées > Patrimoine

La Villa Cavrois, un château moderniste

Bernard Hasquenoph | 8/06/2015 | 18:36 |


Ce monument emblématique de l’architecture du XXe siècle ouvre au public, après une importante restauration et une histoire mouvementée. Sauvé de justesse de la ruine, ce bâtiment-manifeste de Robert Mallet-Stevens proposait un nouvel art de vivre, qui n’a rien perdu de sa modernité.

JPG - 32.2 ko
Villa Cavrois © Robert Mallet-Stevens

08.06.2015 | C’EST UN PAQUEBOT SAUVÉ DU NAUFRAGE. Et sans conteste un événement. Alors que la puissance publique aurait plutôt tendance à diminuer ses crédits en faveur du patrimoine ou à créer de nouveaux établissements à millions - ce qui est plutôt contradictoire -, voilà un bâtiment majeur du XXe siècle construit pour des particuliers, devenu bien national et ouvert au public. Un miracle puisqu’il a failli disparaître.

Habitée jusqu’en 1985 après avoir été modifiée dans son agencement intérieur initial, la Villa Cavrois a ensuite été cédée à un promoteur qui projetait de la détruire avant que, sous la pression d’une association de sauvegarde, un classement d’office au titre des Monuments historiques ne vienne contrecarrer ses plans en 1990. De rage, il laissa la demeure à l’abandon, favorisant son pillage et son vandalisme. S’en suivit atermoiements pas très glorieux des collectivités locales et actions en justice des uns et des autres, avant que l’Etat n’acquiert en 2001 ce qui n’était déjà presque plus qu’une ruine. Des arbres poussaient même à l’intérieur.

Quatorze ans plus tard et 23 millions d’euros investis dans un chantier gigantesque qui mobilisa 230 ouvriers et 18 corps de métiers, voilà la résurrection d’un chef-d’oeuvre de l’architecture internationale, la villa faisant désormais partie du Iconic Houses Network. En 2008, pour la faire revivre, l’Etat la confia au Centre des monuments nationaux (CMN) qui, au milieu de sa centaine de châteaux, abbayes ou sites antiques, compte un seul autre bâtiment du siècle dernier : la Villa Savoye construite par Le Corbusier à Poissy.

Construite près de Roubaix entre 1929 et 1932 par l’architecte français d’origine belge Robert Mallet-Stevens, la Villa Cavrois a été commandée par Paul Cavrois, industriel dans le textile, pour y loger sa nombreuse famille, épouse et sept enfants, sans compter les domestiques. Elle n’aurait pu ne jamais voir le jour puisqu’il projetait initialement de faire appel à un architecte régionaliste, comme il était d’usage dans son milieu. Mais Cavrois opéra un virage à 180 degré en rencontrant Mallet-Stevens en 1925 à la fameuse Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels de Paris, où furent remarqués son avant-gardiste pavillon du tourisme et ses arbres cubistes en béton créés avec les frères Martel. Un choix éclairé et audacieux pour un notable de province, que l’on moquera dans la région. Pour désigner sa villa, on parlera de « péril jaune » ou de « folie Cavrois ». Mallet-Stevens, lui, saluera la « clairvoyance » et le « mépris de la routine » du couple.

JPG - 281.6 ko
Villa Cavrois © Robert Mallet-Stevens – Bernard Hasquenoph | 19.05.2015

Quand on découvre la demeure de briques jaunes, on est impressionné par son gigantisme [1]. Plus qu’une maison, c’est un véritable château où cohabitent tous les paradoxes que l’on découvre en progressant dans sa visite : grandiloquence et sobriété, ordre et dissymétrie, radicalité et classicisme... Difficile de se projeter dans les deux vastes salles de réception, au décorum d’un luxe minimal assez glacial, qui épousent finalement la fonction ostentatoire des pièces d’apparat des châteaux. En contrebas de la première salle, l’alvéole en marbre jaune du coin cheminée avec banquettes n’est d’ailleurs pas sans rappeler les foyers médiévaux.

Comment s’imaginer vivre dans ce hall-salon, avec une telle hauteur de plafond ? D’un côté, une immense baie vitrée donnant sur une terrasse puis sur le parc, de l’autre un haut mur dénudé. Une mise-en-espace assez théâtrale, ou cinématographique qui n’a rien d’étonnant puisque Mallet-Stevens réalisa de nombreux décors de films, dont L’Inhumaine de Marcel L’Herbier en 1924 aux collaborations éblouissantes : Fernand Léger, Pierre Chareau, Paul Poiret...

JPG - 139.7 ko
Hall avant/après © Robert Mallet-Stevens – ADAGP © Jean-Luc Paillé – CMN

Assez curieusement, si Paul Cavrois confia à Mallet-Stevens le soin de créer également tout le mobilier intérieur, il ne décora sa maison d’aucune oeuvre d’art. Ni tableau ni sculpture, à une ou deux exceptions près. Un vide radical. Peut-être parce que l’habitation est l’œuvre elle-même. Autosuffisante esthétiquement. Passé les espaces de réception, la villa se distribue assez classiquement en ailes des parents et des enfants, aux dispositions plus intimistes, tels les petits appartements des demeures royales.

Le CMN, héritant de pièces dévastées, a fait le choix de restituer les décors muraux et les sols : peintures, marbres, planchers (en grande partie conservés), boiseries, placages... Pour ce faire, on se basa essentiellement sur les matériaux survivants, débris et traces murales, faute de documentation, quasi inexistante, puisque Mallet-Stevens, disparu en 1945, imposa par testament la destruction de toutes ses archives, ce qui fut exécuté par ses proches. Sans qu’il en ait donné la raison.

JPG - 119.7 ko
Vestibule avant/après © Robert Mallet-Stevens – ADAGP © Jean-Luc Paillé – CMN

Tout aussi étrange, il n’existe quasi aucune photo des intérieurs de la villa, même chez les descendants Cavrois - alors qu’elle fut inaugurée par un mariage -, à l’exception de clichés en noir & blanc parus dans quelques revues spécialisées qui permirent la restitution des éléments mobiliers intégrés aux murs : étagères, placards, banquettes, lits, cache-radiateurs conçus par Jean Prouvé qui, loin de se faire oublier, rythment la vue… Des restitutions qui n’ont rien de choquant, vu la sobriété stylistique de l’ensemble. La principale difficulté aura été de retrouver les bonnes proportions, déduites grâce à des maquettes à taille réelle positionnées au bon endroit puis comparées aux photos, sous le même angle. Une incertitude demeure cependant sur la couleur des tapis, tissus et rideaux.

La principale source iconographique réside dans un numéro de L’architecture d’aujourd’hui de 1932, dans lequel on trouve un dossier précieux sur la Villa Cavrois tout juste terminée, consultable en ligne sur le portail de la bibliothèque de la Cité de l’Architecture et du Patrimoine qui met à disposition de nombreuses revues numérisées. Un reportage passionnant qui insiste sur la modernité fonctionnelle de la villa, définissant un nouvel art de vivre réservé alors à un milieu aisé : « Le vrai luxe, c’est vivre dans un cadre lumineux et gai, largement aéré, bien chauffé, le moins de gestes inutiles, le minimum de serviteurs ».

JPG - 97.2 ko
« L’architecture d’aujourd’hui », 1932 © Robert Mallet-Stevens

L’article présente toutes les innovations techniques, remises en état aujourd’hui, que l’on remarque pour certaines quand d’autres passent inaperçues, faisant désormais parties intégrantes de notre quotidien. Des baies vitrées qui s’ouvrent de l’intérieur grâce à une manivelle. Des pièces insonorisées par des murs doublés en béton cellulaire. Un éclairage indirect « donnant le maximum d’éclairement pour le minimum de fatigue des yeux ». On en a fait l’expérience, assez impressionnant par sa modernité, et générateur d’intimité dans ces vastes espaces. Téléphone, interne et externe, dans toutes les pièces, « une petite révolution dans les usages domestiques ». Pourquoi ? Plus pratique qu’une sonnerie pour appeler le personnel et lui donner ses instructions voyons ! Idem, pendule électrique au mur de chaque pièce ainsi que, et c’est le plus épatant, des hauts parleurs encastrés qui diffusaient la radio depuis un poste unique, que chacun pouvait commander depuis sa pièce, en réglant ou coupant le son.

JPG - 126.7 ko
Chambre de jeune homme / Salle de bains des parents
© Robert Mallet-Stevens – ADAGP © Didier Plowy – CMN

La salle de bains des parents est incroyable - paraît-il la pièce qui fit le plus sensation -, pour son espace, son confort, son luxe sobre, avec balance intégrée, longue tablette centrale en marbre blanc à quatre étages et sièges en laque blanche (non retrouvés), eau chaude, eau froide et même eau adoucie, c’est-à-dire sans calcaire explique la revue. Un véritable mini institut de beauté. La maison compte bien entendu un ascenseur - de Jean Prouvé -, monte-plats et différents appareils de service tous électriques - même un chauffe-peignoir ! -, et des espaces amovibles, comme la vaste salle de jeux des enfants transformable en petit théâtre.

Tout un ensemble de « perfectionnements », que prophétique, la revue voit se généraliser dans un futur proche : « Est-ce là du luxe ? Oui et non. Avoir une salle de bains, une douche près de sa chambre, un appareil d’éclairage dans le mur pour lire au lit, un store en bois commandé de l’intérieur pour voiler sa fenêtre, une seule clé ouvrant des dizaines de serrures, ne seront bientôt plus « un luxe » comme on l’entend aujourd’hui ». Quitte à l’imposer par la loi en ce qui concerne les salles de bains : « Le sens du confort viendra vite quand nos législateurs auront compris que l’hygiène pour un peuple peut présenter quelque intérêt ».

JPG - 126.9 ko
Office / Boudoir de Mme Cavrois
© Robert Mallet-Stevens – ADAGP © Didier Plowy – CMN

Pour les meubles occupant les pièces et créés spécifiquement pour la villa, ils ont hélas été dispersés dans une vente aux enchères en 1987. Le CMN, plutôt que de les restituer, a entrepris de les racheter, ce depuis 2009. Ainsi par exemple, chaque meuble du boudoir de Madame a retrouvé sa place d’origine. D’un grand raffinement. Quelques donations ont été faites, comme ce grand placard courbe par le collectionneur américain Robert Rubin, qui réintègre les cuisines ultra-modernes pour l’époque, presque des laboratoires avec leur carrelage blanc.

Une tablette tactile à la location permet de s’immerger dans une ou deux pièces remeublées en réalité augmentée, tel le hall-salon. Dans les vastes sous-sols divisés en espaces de service - buanderie, imposante cave à vins, garde-manger, fleurs, chaudière (magnifique)… -, ont été aménagés pour le visiteur d’aujourd’hui salle de projection, centre d’interprétation numérique et matériauthèque pour expliquer la démarche de restauration. A signaler aussi au premier étage, une pièce laissée intacte dans son dénuement - une « pièce-martyre » -, écorché qui laisse voir l’ossature du bâtiment et qui témoigne de l’état de dégradation de la villa lors de son achat par l’Etat.

JPG - 211.6 ko
Captures d’écran de l’application © Art graphique et patrimoine / CMN

Enfin, une petite balade dans le parc s’impose. Également dessiné par Mallet-Stevens, recomposé d’après des photos aériennes mais hélas amputé d’une bonne partie, il permet d’admirer la villa depuis l’extrémité du long miroir d’eau qui rappelle une piste d’atterrissage et qui, l’hiver, se métamorphosait en patinoire. Là, encore le souci fonctionnel était omniprésent, avec potager, verger et poulailler à disposition (tous disparus) et le jardin fleuriste pour décorer la maison en permanence, « chaque carré fleuriss[ant] à une époque différente de l’année ». Tout visait à l’autonomie et à une certaine économie des moyens. Une vision du luxe assez révolutionnaire, emprunte d’écologie avant l’heure en même temps que très classique dans l’esprit, car rappelant la vie en autarcie des grands domaines aristocratiques. A ne pas manquer, non plus, la piscine qui longe la maison, signe de l’importance donné au sport. On la remarque d’abord à peine tellement elle s’intègre dans le bâtiment. Et le rond de verdure incurvé à l’avant de la maison qui n’est pas une piste d’atterrissage pour hélicoptère, mais un terrain pour jouer au croquet.

En 1932, la revue L’architecture d’aujourd’hui concluait par des mots que l’on pourrait reprendre tels quels : « Il y a lieu, nous pensons, de féliciter l’architecte pour la réalisation d’une oeuvre aussi complète mais aussi son client qui a « osé » ». Un résultat « excellent » né d’une parfaite symbiose « architecte-client ». Le Centre des monuments nationaux compte désormais un château de plus, ouvert à tous.

:: Bernard Hasquenoph | 8/06/2015 | 18:36 |

© Louvre pour tous / Interdiction de reproduction sans l'autorisation de son auteur, à l'exception des textes officiels ou sauf mention expresse

RETOUR HAUT DE PAGE

EN COMPLÉMENT

INFOS PRATIQUES
- Infos complètes : villa-cavrois.monuments-nationaux.fr
- Ouverture au public le 13 juin 2015 / A noter un dispositif inédit de retransmission en direct pour l’inauguration la veille : discours officiels dont celui de la ministre de la Culture Fleur Pellerin, puis visite guidée commandée par les tweets des internautes : #VillaCavrois
- A noter le tarif raisonnable d’entrée de 7,50 € / Réduit 6 € / Gratuités habituelles
- Tablette tactile à la location : 4€, 2,99€ en téléchargement (seulement deux pièces en réalité augmentée + ressources historiques)
- Photos autorisées
- Accessible depuis Paris en train > Lille > Tramway Lille Roubaix, arrêt Villa Cavrois

REPORTAGE TF1 | 09.09.2013 | RESTAURATION EN COURS


PLAYLIST - VIDÉO DE LA RESTAURATION & INTERVIEWS




VOS COMMENTAIRES


LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé dans le respect des lois et règlements en vigueur et du droit des personnes.



NOTES

[1] Invité par le CMN en voyage de presse (transport, déjeuner, menus produits dérivés) | 19.05.2015. Visite guidée par Paul-Hervé Parsy, administrateur de la Villa Cavrois, en présence de Philippe Bélaval, président du CMN.



RECHERCHER DANS TOUT LE SITE

Version imprimable de cet article Version imprimable

PAR LE FONDATEUR DE LOUVRE POUR TOUS


EN LIEN




UNE CITATION, DES CITATIONS
« En France, on travaille dans le service public, en Amérique, on travaille pour le public » Nathalie Bondil, directrice du Musée des beaux-arts de Montréal, TÉLÉRAMA | 14.09.16
d'autres citations [...]