LOUVRE POUR TOUS

Accueil > Infos pratiques > Des musées, infos pratiques

La Maison Rouge à Paris

Bernard Hasquenoph | 18/01/2008 | 10:21 |


Fondation privée créée par Antoine de Galbert, héritier d’un groupe industriel, l’espace ouvert au public en 2004 est tout entier dédié à l’art de notre temps. Un beau lieu à taille humaine, la programmation y est accessible et intelligente.

JPG - 6.7 ko
© DR

IL Y A LES ENTREPRISES pour qui le mécénat ne semble n’être qu’une stratégie marketing dans l’unique but de valoriser leur image. Et puis il y a les mécènes à l’ancienne - les seuls qui méritent vraiment l’appellation - qui vivent une passion en art, ce qui leur confère le titre noble d’amateur. Généralement ils ont les moyens de la nourrir et, plutôt que d’en jouir égoïstement, cherchent à la faire partager au plus grand nombre.

C’est le cas d’Antoine de Galbert, un des héritiers du groupe Carrefour, collectionneur d’art contemporain se voulant depuis longtemps « engagé sur la scène artistique française ». Dix ans galeriste à Grenoble, il passe à la vitesse supérieure en 2000 en créant une fondation reconnue d’utilité publique à but non lucratif. Le projet se concrétise en 2004, par l’ouverture de la maison rouge, espace parisien tout entier consacré à la création contemporaine au travers d’expositions temporaires, généralement issues de collections privées, confiés le plus souvent à des commissaires indépendants. L’atypique Antoine de Galbert ne craint pas de déclarer : "Pour que ce centre d’art devienne vivant, j’ai posé un véritable acte politique, nécessitant d’abandonner une partie de mon patrimoine, ce que peu de personnes osent. Pourtant, c’est le rendre intelligent ! [1]. Cela donne le ton.

Située entre Bastille et la Gare d’Austerlitz, la maison rouge est installée dans une ancienne petite usine nichée dans une cour d’immeuble. L’architecte Jean-Yves Clément a aménagé l’espace muséographique sur 2000m2 en conservant « les traces de l’architecture industrielle » d’origine. L’artiste Jean Michel Alberola, lui, est intervenu sur les espaces d’accueil. C’est plutôt réussi. Partout le rouge domine, ce qui rend le lieu agréable au regard et chaleureux. Dans ce décor, l’art contemporain semble peut-être moins froid et plus proche de nous. La programmation se veut accessible et surtout pas élitiste. Pour un lieu privé, la tarification y est raisonnable avec les réductions et gratuités d’usage. On vous distribue gratuitement à l’entrée une petite brochure sur l’exposition. Dernière en date : « Sots Art, art politique en Russie de 1972 à aujourd’hui ».

Le lieu s’articule en différents espaces :
-  le vestibule, à l’entrée, salle accessible gratuitement, confiée à un jeune artiste pour quatre à six semaines
- l’espace d’exposition lui-même où l’on déambule autour d’un patio à l’air libre visible par des verrières, qui jouxte un pavillon entièrement peint en rouge
- la Suite en sous-sol, grande chambre d’hôtel reconstitué, théâtre d’événements, de débats et de performances
- un café en libre accès
-  une librairie spécialisée en art contemporain

:: Bernard Hasquenoph | 18/01/2008 | 10:21 |

© Louvre pour tous / Interdiction de reproduction sans l'autorisation de son auteur, à l'exception des textes officiels ou sauf mention expresse

RETOUR HAUT DE PAGE

EN COMPLÉMENT

Accès
la maison rouge
Fondation Antoine de Galbert
10 boulevard de la bastille
75012 paris
tel. +33(0) 1 40 01 08 81
fax +33(0) 1 40 01 08 83
info@lamaisonrouge.org
Ouvert du mercredi au dimanche de 11h à 19h
nocturne le jeudi jusqu’à 21 h
Métro : Quai de la rapée ou Bastille
RER : Gare de Lyon
Accessible aux personnes handicapées

Tarifs
Plein tarif : 6.50 euros
Tarif réduit : 4.50 euros
13-18 ans, étudiants, maison des artistes, plus de 65 ans
Gratuité : - de 13 ans, chômeurs, accompagnateurs de personnes invalides, amis de la maison rouge

Plus de renseignements
http://www.lamaisonrouge.org/



VOS COMMENTAIRES


LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé dans le respect des lois et règlements en vigueur et du droit des personnes.



NOTES

[1] « C’est une maison rouge... », par Jean-Jacques Gay, 15.02.06, www.seniorplanet.fr



RECHERCHER DANS TOUT LE SITE

Version imprimable de cet article Version imprimable

PAR LE FONDATEUR DE LOUVRE POUR TOUS


EN LIEN




UNE CITATION, DES CITATIONS
« En France, on travaille dans le service public, en Amérique, on travaille pour le public » Nathalie Bondil, directrice du Musée des beaux-arts de Montréal, TÉLÉRAMA | 14.09.16
d'autres citations [...]