LOUVRE POUR TOUS

Accueil > Musées > Domaine de Versailles > Domaine de Marie-Antoinette > Réactions à l’ouverture du Domaine

Lettre d’un Versaillais interdit de promenade

Yves Rossignol | 18/09/2006 | 09:32 |


Yves habite Versailles, il aime à se promener dans le parc du domaine comme nombre de franciliens. Pour protester contre la restriction d’accès aux jardins de Trianon, il a adressé une lettre à Alain Baraton, médiatique jardinier en chef du Domaine de Versailles. Elle est restée sans réponse.

Cher Monsieur,

Depuis le 3 juillet, il est devenu impossible, même en payant, d’ accéder le matin (et vous connaissez la beauté des matins dans ce jardin) à ce qui a été inclus dans le « Domaine de Marie-Antoinette ». De même, l’ une des plus belles promenade du Parc, à mon sens, partant de la ferme du Hameau, passant par l’Orangerie de la Reine, et descendant vers le Grand Trianon puis le Grand Canal est désormais interdite au public.

L’ accès payant ne suffisait pas sans doute, et c’ est donc tout un ensemble de décisions qui ont été prises très discrètement (les multiples émissions TV de « prestige » sur Marie-Antoinette et son Domaine, que nous avons suivi, benêts que nous étions !, avec passion, n’ en ont bien sûr pas soufflé mot.), organisant la fréquentation de cette partie du Parc prioritairement pour les touristes payants (cheminement « radial » depuis le château) et mettant sur la touche les promeneurs gratuits, les familiers, les « comtemplatifs », les rêveurs, dont vous parlez si bien dans votre livre.

Bien sûr je ne sais pas quelle part vous avez pris dans cette décision qui est à coup sûr une mauvaise manière, au sens fort. J’ imagine aussi que vous êtes tenu à un certain devoir de réserve. Mais j’ aimerais tout de même savoir ce que vous en pensez, au nom de l’ amour que vous et moi (et bien d’ autres.) portons au Parc, et plus précisement à ces jardins de Trianon. Est-ce irrémédiable ? Faire payer ces jardins, c’ est déjà une mauvaise décision, mais bien banale.. En bloquer l’ accès dans l’ espace et dans le temps, c’ est incompréhensible car cela va à l’ encontre de toute la logique de ces jardins et surtout de leur inclusion dans l’ ensemble du Parc. Il n’ y a pas forcément loin de la touristification en cours à la « disneylandisation ».

S’ il devait apparaître incontournable de faire payer le cochon de payant, ne pourrait-on pas réserver cette épreuve aux « vrais touristes », qui de toutes façons ont payé pour venir et voir ? Et exonérer via des subventions territoriales les riverains (au niveau des communes, du Département, ou mieux, de la Région). Totalement utopique sans doute.

Ou bien ne faire payer que l’ entrée aux principaux monuments et laisser le jardin ouert à la circulation ordinaire ?

Au moins, ne pourrait-on pas faire un effort et réouvrir (avec guichets.) le passage de la Ferme et celui de l’ Orangerie de la Reine, et ceci toute la journée ? L’ argent récolté aux caisses pourrait au moins servir à payer de jeunes guichetiers qui à leur tour.

Bien à vous, en espérant une réponse,

:: Yves Rossignol | 18/09/2006 | 09:32 |

© Louvre pour tous / Interdiction de reproduction sans l'autorisation de son auteur, à l'exception des textes officiels ou sauf mention expresse

RETOUR HAUT DE PAGE

EN COMPLÉMENT

Merci à Yves de nous avoir autorisé à reproduire sa lettre.



VOS COMMENTAIRES


LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé dans le respect des lois et règlements en vigueur et du droit des personnes.



NOTES



RECHERCHER DANS TOUT LE SITE

Version imprimable de cet article Version imprimable

PAR LE FONDATEUR DE LOUVRE POUR TOUS


EN LIEN




UNE CITATION, DES CITATIONS
« En France, on travaille dans le service public, en Amérique, on travaille pour le public » Nathalie Bondil, directrice du Musée des beaux-arts de Montréal, TÉLÉRAMA | 14.09.16
d'autres citations [...]